Affaire Zeitouni : un des deux Français impliqués interpellé pour port d'arme

L'un des deux Français impliqués dans l'accident qui avait coûté la vie à une jeune Israélienne, Lee Zeitouni, en 2011 à Tel Aviv,  a été interpellé jeudi à Antibes. Eric Robic a été mis en garde à vue pour "port d'arme prohibé". Lui et son ami sont par ailleurs convoqués par la justice les 3 et 5 septembre, date à laquelle ils pourraient être mis en examen dans l'affaire Zeitouni.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Jeudi vers 5h du matin, dans le secteur des boîtes de nuit d'Antibes, dans les Alpes-Maritimes, un groupe de jeunes explique aux policiers sur place avoir été menacé par un homme armé. Il s'agit d'Eric Robic, un des deux Français mis en cause dans un accident à Tel Aviv en 2011 qui avait coûté la vie à Lee Zeitouni, jeune Israëlienne de 25 ans.

Eric Robic est interpellé en état d'ivresse et porte sur lui un pistolet automatique chargé. La police retrouve également un chargeur sous son véhicule. Placé en garde à vue au commissariat d'Antibes, il va devoir s'expliquer pour le délit de port d'arme prohibée.

Entendu dans l'affaire Zeitouni dans quelques jours

Eric Robic et son ami Claude Khayat sont tristement connus en Israël depuis leur implication dans l'accident de la route à Tel Aviv qui avait coûté la vie à la jeune Lee Zeitouni. Tous deux avaient regagné précipitamment la France après le drame, déclenchant un tollé en Israël. Les deux hommes avaient reconnu avoir été à bord du véhicule mais refusaient d'être jugés en Israël où ils s'estimaient en danger. Les parents de la victime espéraient initialement un procès en Israël mais se sont résignés à déposer une plainte en France, Paris n'extradant pas ses ressortissants. 

Les deux hommes devraient donc finalement être jugés en France. Ils sont convoqués par la justice les 3 et 5 septembre prochain, chez le juge parisien qui instruit cette affaire depuis juillet 2012. Il devrait alors leur signifier leur mise en examen pour homicide involontaire, non assistance à personne en danger et délit de fuite, selon Le Figaro. Le parquet de Paris a requis leur placement sous contrôle judiciaire.