Cet article date de plus de sept ans.

Crues, vagues et vents : pourquoi ça va continuer

Une nouvelle tempête va frapper la côte atlantique à partir de jeudi. Ce devrait être l'épisode le plus violent depuis le début de cet hiver marqué par les intempéries. Et aucune amélioration n'est à prévoir avant la mi-février.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des vagues de plus de 12 m se sont abattues sur l'île de Sein (Finistère), le 1er février 2014.  (  MAXPPP)

Après Dirk et Petra, voici Qumaira. C'est le nom donné par l'Institut Météorologique de Berlin (en anglais) à la prochaine tempête qui va toucher la façade atlantique et la mer du Nord dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 février. Des vents pouvant atteindre 170 km/h sont attendus sur Ouessant (Finistère) et jusqu'à 100 km/h dans les terres. "Il ne s'agira pas d'une tempête aussi violente que celle de 1999, mais ce sera l'épisode le plus important depuis la mi-décembre", confirme Nicolas Le Friant, prévisionniste pour MeteoGroup. Il explique à francetv info pourquoi on assiste cet hiver à une succession de tempêtes et pourquoi ce phénomène va continuer.

Francetv info : Comment expliquer ces tempêtes à répétition ? 

Nicolas Le Friant : La réponse se trouve au-dessus de l'océan Atlantique. Les dépressions qui le balaient sont normalement localisées à hauteur de l'Islande, mais cet hiver, elles circulent plus au sud. Résultat, elles frappent directement les côtes françaises. Comme tout est décalé, les vents sont plus chauds et humides au contact de l'anticyclone des Açores. C'est ça qui nous apporte autant de pluies et des températures aussi douces.

L'anticyclone lui-même est beaucoup plus au sud et depuis la mi-décembre il ne joue pas le rôle qu'on lui connaît, c'est-à-dire d'alterner avec les dépressions. 

Est-ce une première ? 

Non, on a déjà connu des épisodes similaires. On se souvient notamment des mois de novembre et décembre 1999 ou encore de janvier et février 1990.  

L'alerte pour des risques de vagues-submersion est régulièrement déclenchée. Pourquoi ?

C'est une conséquence directe de cette succession de dépressions. La mer est sans cesse agitée et ne connaît pas de période plus calme, comme lors d'un anticyclone. Un phénomène qui est accentué par les forts coefficients de marée. Bonne nouvelle tout de même, pour Qumaira, ces derniers sont moins élevés que pour Petra. 

Cet épisode devrait durer jusqu'à quand ? 

Le calme devrait revenir dans les heures à venir, mais il ne sera que provisoire. On attend en effet une nouvelle tempête, baptisée Qumaira, dans la soirée de jeudi, avec des vents pouvant atteindre 140 km/h sur Ouessant (Finistère) et jusqu'à 100 km/h dans les terres, notamment sur la région parisienne. Les pluies devraient également provoquer de nouvelles inondations. Sur le plus long terme, aucune amélioration significative n'est à prévoir avant le 15, voire même le 20 février.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tempête Qumaira

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.