Cet article date de plus de sept ans.

Crues en Bretagne : Manuel Valls reconnaît "une erreur d'appréciation" des services de l'Etat

C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Intérieur lors d'une visite à Quimperlé dans le Finistère, département le plus touché par les crues de plusieurs cours d'eau. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une maison à la façace arrachée par la tempête Dirk à Quimperlé (Finistère), le 25 décembre 2013.  (FRED TANNEAU / AFP)

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a reconnu jeudi 26 décembre "une erreur d'appréciation" des services de l'Etat, qui n'ont pas suffisamment pris en compte le risque de crues en Bretagne lors du passage de la tempête Dirk.

"Je vais demander aux préfets concernés, notamment au préfet de région, de tirer un certain nombre d'enseignements, faire un certain nombre d'évaluations (...) pour comprendre pourquoi le niveau d'alerte (...) un cran au-dessus n'a pas été donné", a déclaré le ministre lors d'une visite à Quimperlé dans le Finistère, département le plus touché par les crues de plusieurs cours d'eau depuis la nuit de lundi à mardi. Il s'est exprimé devant une maison de trois étages dont la façade en bord de rivière a été emportée.

Risque de nouvelles inondations

Manuel Valls a indiqué que les procédures de placement en zone de catastrophe naturelle étaient enclenchées et seraient rapidement mises en œuvre. "Le président de la République souhaite que les choses aillent le plus vite possible", a-t-il souligné. Selon une journaliste de France 3 Bretagne, le locataire de la place Bauveau a fait le tour de la ville sinistrée et rencontré quelques habitants.  

Le ministre appelé à la vigilance face au risque de nouvelles inondations à l'approche de précipitations annoncées en Bretagne dans les jours qui viennent, plusieurs cours d'eau étant encore très hauts malgré une décrue ces dernières heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tempête Dirk

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.