Tempête Alex : pouvait-on éviter une telle catastrophe ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Tempête Alex : pouvait-on éviter une telle catastrophe ?
FRANCE 2
Article rédigé par
J. Lonchampt, K. Adda-Rezig, N. Coadou, P. Goldmann - France 2
France Télévisions

Les conséquences de la tempête Alex, survenue vendredi 2 octobre, interrogent. Les infrastructures balayées étaient-elles situées en zone inondable ? La destruction des ponts et des routes était-elle évitable ? Le 13 Heures de France 2 fait le point, lundi 5 octobre.

Vallées défigurées, nombreuses victimes, routes et ponts arrachés... Pouvait-on éviter une telle catastrophe, trois jours après le passage de la tempête Alex, survenue vendredi 2 octobre dans les Alpes-Maritimes ? Les moyens de secours ont-ils été suffisants ? Depuis trois jours, 1 000 pompiers sont mobilisés sans relâche au milieu des décombres. Les effectifs de secours de sept départements voisins sont venus en renfort. Au total, 200 véhicules et une quinzaine d'hélicoptères ont été engagés. Mais face à la répétition des évènements, certains responsables réclament plus d'équipements.

Des habitations qui ne respectaient pas les normes

"En matière d'hélicoptères de la sécurité civile, nous nous apercevons que nous avons une capacité pour des crises habituelles. Aujourd'hui, les crises s'intensifient et deviennent de plus en plus régulières, donc nous sommes parfois en rupture capacitaire de moyens aériens", rapporte le colonel Grégory Allione, président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. Les dizaines de maisons balayées étaient-elles construites sur des zones inondables ? Selon certains spécialistes, les habitations construites avant 1995 ne respectaient pas forcément les normes risque-inondation d'aujourd'hui. Concernant les routes et les ponts qui ont été arrachés, les autorités assurent qu'ils n'avaient aucun défaut, car ils sont soumis à des tests réguliers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.