Alerte tsunami en Nouvelle-Calédonie : les habitants "n'ont pas perdu les bons réflexes", se félicite le directeur de la sécurité civile sur place

En Nouvelle-Calédonie, l'alerte tsunami est désormais levée. Elle avait été activée ce vendredi après un séisme au large de l'archipel. Les habitants se sont mis à l'abri, ils "ont bien réagi, ont suivi les consignes", souligne le directeur de la sécurité civile en Nouvelle-Calédonie.
Article rédigé par franceinfo ­
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Après le déclenchement de l'alerte tsunami, le littoral a dû être évacué. (JULIEN CHAUVET / MAXPPP)

"Les gens en Nouvelle-Calédonie sont acculturés au risque tsunami", raconte vendredi 19 mai à l'agence Radio France, Frédéric Marchi-Leccia, directeur de la sécurité civile et de la gestion du risque en Nouvelle-Calédonie après l'alerte au tsunami déclenchée plus tôt dans l'archipel (14h heures locales). Le littoral a dû être évacué, les sirènes anti-tsunami ont également résonné sur les côtes pour appeler la population à évacuer.

>> Nouvelle-Calédonie : un séisme de magnitude 7,7 enregistré au sud-est du territoire, l'alerte au tsunami levée

Cette alerte est intervenue après un puissant séisme de magnitude 7,7 au large de l'archipel. L'alerte est désormais levée, il n'y a plus de danger sur place. La sécurité civile rapporte que les habitants ont pu reprendre leurs activités et qu'il n'y a ni victime, ni dégât.

Face à cette situation, Frédéric Marchi-Leccia se félicite des bons réflexes des habitants qui ont "bien réagi, ont suivi les consignes et se sont mis à l'abri". Le directeur se dit "presque content" que "cet exercice grandeur nature ait pu avoir lieu" et explique pourquoi : "La dernière fois que nous avons eu une situation similaire c'était en mars 2021". 

"On va donc le prendre comme une piqûre de rappel"

Frédéric Marchi-Leccia, directeur de la sécurité civile en Nouvelle-Calédonie

à franceinfo

"En tout cas, les gens n'ont pas perdu les réflexes et je tiens à les en féliciter. Tout le monde a joué le jeu". Selon lui, si cette alerte avait été plus sérieuse et qu'une vague plus importante s'était formée, "les gens auraient été à l'abri et c'est ce qu'il faut en retenir de très positif".

Questionné sur le fait de savoir si ce type d'événement est rare en Nouvelle-Calédonie, il répond : "Rare non parce que l'archipel se trouve dans la ceinture de feu [du Pacifique], il y a donc une activité sismique quasi-permanente mais elle n'est pas toujours de nature à susciter un tsunami". Maintenant que l'alerte est donc levée et que le danger est écarté, "l'officier de permanence va reprendre sa veille comme il le fait 24h/24 et 365 jours par an".

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.