Sécheresse : la Fédération nationale de la pêche réclame, en urgence, la "création d’un ministère de l’Eau"

"Les truites ne survivent pas au-delà de 25 degrés", alerte la Fédération qui estime que la sécheresse va entraîner "un changement des espèces".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une carpe victime de la sécheresse dans l'Ain. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

"Nous demandons la création d’un ministère de l’Eau avec des moyens humains et financiers dédiés", a lancé mercredi 30 juin Claude Roustan, président de la Fédération nationale de la pêche en France et de la protection du milieu aquatique, sur franceinfo, alors que la sécheresse s’installe en France.

"Les pêcheurs constatent chaque jour, et sur toute la France, le manque d’eau dont souffre les milieux aquatiques. Il n’y a plus assez d’eau ou de débit pour que la vie piscicole se maintienne", a-t-il expliqué.

franceinfo : Quel est le constat que vous dressez ?

Claude Roustan : Les pêcheurs constatent chaque jour et sur toute la France le manque d’eau dont souffre les milieux aquatiques : sources taries, zones humides asséchées, le niveau des rivières en baisse. Il n’y a plus assez d’eau ou de débit pour que la vie piscicole se maintienne. Au 21 juin de cette année, 27 départements connaissaient déjà des arrêtés de restrictions d’eaux allant de la vigilance à la situation de crise. Parmi eux, il y a des départements inattendus comme l’Ain, le Rhône ou La Loire Atlantique.

Cette situation est-elle surprenante par rapport aux années précédentes ?

Au premier septembre 2020, il y avait 83 départements qui rencontraient une situation similaire. Au 21 juin, 27 départements. Aujourd’hui, on est devant une situation qui risque de perdurer et de s’aggraver. Nous, la Fédération nationale de pêche, nous lançons une grande campagne pour protéger nos rivières, 'Sauvons nos rivières', avec une gestion de l’eau économe concertée et équilibrée, un recours aux solutions des stockages de l’eau localement justifiés et une politique de restauration de la continuité écologique ambitieuse, ainsi qu'une protection forte des zones humides. Et devant ce constat, nous demandons la création d’un ministère de l’Eau avec des moyens humains et financiers dédiés.

La question de l'eau est mal prise en compte aujourd'hui par le ministère de la Transition écologique ?

C’est une question de moyens. Aujourd’hui on s’aperçoit dans les départements que les fédérations de pêches font un travail considérable et nous mettons à disposition toute notre technicité et toute nos compétences pour y palier. Les services de l’État sont peu nombreux pour assurer toutes ces missions, notamment les missions de police de l’eau. C’est géré par le ministère de la Transition écologique et ses services décentralisés.

"La problématique de l’eau devient si grave en France que la nécessité d’un ministère ou d’un secrétariat d’État, comme il y en a un à la ruralité, doit se faire."

Claude Roustan, président de la Fédération nationale de la pêche en France et de la protection du milieu aquatique

à franceinfo

Le gouvernement doit s’y intéresser, il est urgent qu’on le fasse.

Ces sécheresses sont-elles en train de devenir la norme ?

Cela devient récurrent. Et c’est très important de palier et de prendre les mesures nécessaires. Il y aura un changement des espèces qui vont coloniser d’autres endroits et peut être que des espèces sont susceptibles de disparaitre. L’augmentation des températures moyennes de l’air qui favorise l’évaporation se traduit aussi par une augmentation de la température de l’eau qui est préjudiciable aux espèces aquatiques. Des températures de 19 à 20 degrés centigrades perturbent le métabolisme des truites par exemple. Elles ne survivent pas au-delà de 25 degrés. Dans ces cas-là on fait des pêches de sauvetage pour sauver les poissons et les remettre dans des zones plus appropriés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécheresse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.