Pollution de l'air : l'État accusé de ne pas assez agir

Mardi 25 juin, une femme qui vivait près du périphérique parisien attend une décision de justice après avoir attaqué l'État. Elle accuse ce dernier de ne pas assez agir face à la pollution de l'air.

FRANCE 2

Dans les rues de Paris, la peur de tomber malade ne quitte jamais vraiment Martine Vilmet. À chaque pic de pollution, elle ressent immédiatement la même série de symptômes. "Nez qui se bouche, en général ça se transforme très rapidement en sinusite, puis les sinusites deviennent des bronchites. À l'heure actuelle, c'est devenu des bronchites chroniques", énumère Martine Vilmet. Des symptômes qui l'empêchent de bien respirer et qui occasionnent de la fatigue au quotidien.

Des procédures pour mettre l'État face à ses responsabilités

Martine Vilmet fait partie de la cinquantaine de plaignants qui reprochent à l'État de ne pas agir suffisamment face à la pollution de l'air. Des procédures qui, si elles aboutissent, ne changeront pas seulement leur quotidien. "Ça va obliger l'État à être face à ses responsabilités, à agir d'une façon ou d'une autre", précise Martine Vilmet. Face à ces accusations, l'État assume avoir pris toutes les mesures nécessaires. Mais la France a pourtant déjà été épinglée par l'Europe pour des infractions répétées aux normes sur la qualité de l'air, et même renvoyée devant la Cour de justice de l'Union européenne en 2018.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le périphérique parisien, en juillet 2018.
Le périphérique parisien, en juillet 2018. (GERARD JULIEN / AFP)