La circulation alternée est-elle efficace pour lutter contre la pollution ?

Depuis ce lundi 23 mars au petit matin, seuls les véhicules ayant une immatriculation impaire peuvent rouler dans la capitale.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Alors que l'État a décidé d'appliquer la circulation alternée à Paris et dans 22 communes limitrophes, une journaliste de France 3 fait le point sur l'intérêt d'une telle mesure.
Pour cela, la reporter s'appuie sur les résultats de la journée précédente de circulation alternée. "C'était l'an dernier, le 17 mars. Un lundi également. Le trafic avait diminué de 18% et le niveau de pollution avait également diminué de 6 à 10% selon les zones", note la journaliste de France 3, Pascal Manzagol.

"Il aurait fallu prendre cette décision jeudi"

La diminution du niveau de pollution est l'objectif de cette mesure alors que la capitale souffre d'un épisode de pollution aux particules fines très important. Les automobilistes sont d'ailleurs responsables de 15% de la pollution globale. Toutefois, selon la journaliste, "il aurait fallu prendre cette décision jeudi", même si elle admet que cela "n'aurait pas suffi".

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Un  pic de pollution aux particules fines dans plusieurs grandes villes françaises a eu liue le 14 mars 2014.
Un  pic de pollution aux particules fines dans plusieurs grandes villes françaises a eu liue le 14 mars 2014. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)