Circulation alternée : Hidalgo demande à Valls d'assouplir la réglementation

La maire de Paris souhaite que la mesure soit plus facilement mise en place lors des pics de pollution, selon un courrier rendu public, samedi 21 mars.

Cette-fois, la maire de Paris Anne Hidalgo en appelle à Manuel Valls. Dans une lettre adressée au Premier ministre, l'élue réclame une modification de la réglementation sur la circulation alternée. L'élue demande que sa mise en œuvre soit simplifiée et même automatisée en cas de pic de pollution, selon ce courrier rendu public, samedi 21 mars.

Anne Hidalgo souhaite que l'arrêt interpréfectoral soit "revu afin de rendre automatique la mise en place de la circulation alternée, dès lors que le seuil d'alerte est atteint le jour même avec une nouvelle prévision pour le lendemain, ou bien dès lors que le phénomène de pollution est considéré comme persistant".

Actuellement, la décision est discutée par des experts

Actuellement, cette mise en place est possible, mais pas automatique. La décision est prise par un collège d'experts, une fois les prévisions de pollution connues. Celui-ci a  Cette procédure est trop lourde, aux yeux de la maire. "La prévision d'Airparif étant connue dès 11 heures, cette mesure pourrait être annoncée dès la mi-journée pour le lendemain, sans recours au collège d'experts qui est nécessaire aujourd'hui et qui retarde la prise de décision et les annonces potentielles."

Tension entre Anne Hidalgo et Ségolène Royal

Ce courrier intervient après une passe d'armes entre la maire de Paris et la ministre de l'Ecologie. Après avoir essuyé un refus de la préfecture de police, jeudi, Anne Hidalgo a de nouveau demandé, la mise en place de la circulation alternée samedi à Paris, en raison de la persistance du pic de pollution aux particules fines PM10. Mais la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal juge qu'il n'est "pas raisonnable d'imposer si vite cette galère à la banlieue". Elle maintient donc la date de lundi, si le pic de pollution n'est pas retombé.

Anne Hidalgo estime que la mise en place de la circulation alternée, le 17 mars 2014, a été "très bien acceptée" par les Franciliens : "ils sont prêts à cela pour leur santé, ils attendent même des mesures en ce sens".