Gard : deux gardes à vue dans l'enquête sur la colonie allemande inondée

La colonie, devenue de fait camping sans autorisation de la préfecture, "était installé en zone inondable", indique le procureur.

Le camping était établi sur un terrain inondable et n\'avait pas reçu l\'homologation de la préfecture.
Le camping était établi sur un terrain inondable et n'avait pas reçu l'homologation de la préfecture. (MAXPPP)

Le président et le vice-président allemands de l'association de Leverkusen, propriétaire du terrain sur lequel se trouvait une colonie inondée à Saint-Julien-de-Peyrolas (Gard), ont été placés en garde à vue vendredi 10 août, annonce le procureur de la République de Nîmes.

L'enquête, confiée à la gendarmerie, a été ouverte en flagrant délit pour "blessures involontaires, mise en danger de la vie d'autrui, travail dissimulé et exploitation d'un camping sans autorisation", précise Éric Maurel. Un Allemand de 66 ans est porté disparu depuis jeudi à la suite d'inondations provoquées par de violents orages sur la commune.

Un terrain en zone inondable et non homologué

Cette colonie allemande du Planjole, devenue de fait camping sans autorisation de la préfecture, "était installé en zone inondable", a déclaré le procureur. "Le maire avait alerté les responsables de l'association, il avait même saisi le tribunal administratif et dans les 48 heures avant le drame, les autorités municipales avaient alerté les responsables de l'association sur le danger à rester là en raison de la montée éventuelle des eaux", a ajouté le procureur.

Eric Maurel a fait part des "plus vives inquiétudes" des enquêteurs à propos de l'homme disparu qui se trouvait sur ce terrain privé lors du déferlement des eaux. "S'il était retrouvé décédé, l'enquête s'orienterait vers un homicide involontaire", a-t-il souligné. Les opérations de recherche de l'homme disparu ont repris vendredi matin mobilisant gendarmes et pompiers, a indiqué la préfecture du Gard.