Réchauffement climatique : "On peut s'attendre à avoir à peu près 70% d'enneigement en moins à la fin du siècle"

Il va neiger de moins en moins à cause du réchauffement climatique, avertit une étude scientifique. Un phénomène qui aura des conséquences sur l'environnement et les stations de ski, prédit le chercheur Mathias Bavay, interrogé lundi. 

Des skieurs sur les pistes de la station des Menuires, dans les Alpes françaises, en février 2017.
Des skieurs sur les pistes de la station des Menuires, dans les Alpes françaises, en février 2017. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Une nouvelle étude scientifique confirme qu'il va neiger de moins en moins en raison du réchauffement climatique. "Si nous ne faisons rien, on peut s'attendre à avoir à peu près 70% d'enneigement en moins à la fin du siècle", a expliqué lundi 20 février, sur franceinfo, Mathias Bavay, chercheur, scientifique au sein de l’institut WSL, qui a réalisé l’étude. Cela signifierait que "la saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt", anticipe-t-il.

franceinfo : Peut-on sauver les stations de ski ?

Mathias Bavay : Si nous ne faisons rien, on peut s'attendre à avoir à peu près 70% d'enneigement en moins à la fin du siècle. Une telle réduction signifie un recours plus grand à la neige artificielle. Un quart des stations sont en-dessous de 1 200 mètres. Ces stations-là n'auraient sans doute plus d'enneigement permanent pendant l'hiver.

Que va entraîner ce déneigement ?

Cela aura un impact sur le tourisme hivernal pour toutes ces stations qui n'auraient plus d'enneigement correct. La saison de ski sur neige naturelle commencerait beaucoup plus tard, et finirait beaucoup plus tôt. Cela aura aussi des conséquences sur l'écologie. Il y aura des répercussions au niveau du lit des rivières et donc sur l'irrigation et la production électrique. En début de saison, la neige pourrait être remplacée par de la pluie.

Est-il trop tard ?

Aujourd'hui, on a un réchauffement, au niveau global, qui est d'un degré, mais il y a une amplification dans les régions alpines. Cela veut dire que dans les Alpes, le réchauffement est de 1,8 degré. Un réchauffement global de deux degrés serait équivalent à quatre degrés dans les Alpes. Ces deux degrés sont les objectifs qui ont été discutés à la COP 15 et je ne sais pas si on peut les tenir.