Cet article date de plus de trois ans.

Poids lourds paralysés par la neige : les transporteurs vont réclamer "une indemnisation"

Florence Berthelot la déléguée générale de la FNTR a annoncé, samedi, sur franceinfo que "préjudice est considérable" pour les transporteurs routiers après le passage de l'épisode neigeux cette semaine en France. Les pertes avoisinent les "60 millions d'euros par jour", selon elle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des camions stockés aux alentours de Chartres sur la D105. (MAXPPP)

Les transporteurs routiers, dont les camions ont été paralysés par la neige cette semaine, vont réclamer à l'État "une indemnisation", a annoncé samedi 10 février sur franceinfo la déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), Florence Berthelot.

"Nous allons le demander parce qu'il faut bien comprendre que le préjudice est considérable, les entreprises ont beaucoup souffert, a-t-elle souligné, estimant les pertes à au moins 60 millions d'euros par jour".

Selon elle, il y a "trois jours de retard" dans les livraisons, à cause des interdictions de circulation décidées par les pouvoirs publics, notamment en Île-de-France, où plus de 3 500 camions ont été immobilisés sur des aires de stockage.

Du retard à rattraper en début de semaine

Afin de rattraper le retard, les poids lourds ont été autorisés à circuler tout le week-end. "C'est un soulagement" pour Florence Berthelot, même "si beaucoup d'entrepôts logistiques seront fermés dimanche", ce qui ne "permettra pas d'assurer toutes les livraisons". "Nous aurons donc encore du retard à rattraper en début de semaine", a-t-elle ajouté.

Ces interdictions à répétition ont suscité la colère des transporteurs routiers. "Nous nous sommes retrouvés dans des situations parfaitement ubuesques où on nous annonçait des levées d'interdiction de circuler alors que les arrêtés n'étaient pas publiés", a expliqué Florence Berthelot.

"À partir du moment où une cellule de crise a été véritablement gérée par le ministère des Transports, les choses se sont améliorées, car ce dont nous avons souffert, c'est d'un manque de coordination totale", a pointé la déléguée générale de la FNTR.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Neige

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.