Les dispositifs de détection, premier recours face aux avalanches

En montagne, les CRS secouristes redoublent de vigilance depuis les avalanches de ces derniers jours.

FRANCE 2

Dans les Alpes mais aussi dans les Pyrénées, les professionnels de la sécurité s'entraînent pour détecter d'éventuelles victimes sous les coulées de neige. Par ailleurs, ils donnent des consignes aux skieurs, parfois sans succès.

Des dispositifs simples pas si chers

Malgré les risques liés à la pratique du ski hors-piste, la moitié des skieurs ne sont pas équipés de dispositif de détection de type Arva. Un constat d'échec pour les CRS secouristes en haute montagne. Les systèmes de détection existent pourtant depuis près de 20 ans, sont simples à utiliser et pas plus chers que les petites caméras fixées sur le casque des skieurs. En temps réel, avec ce dispositif, il faut environ cinq minutes pour retrouver quelqu'un sous la neige contre plus de deux heures si l'on effectue la recherche à l'aide de sondes.

Aujourd'hui, certains vêtements de ski sont vendus avec d'autres types de détecteurs et pour les autres skieurs non équipés, les chiens d'avalanche sont le dernier recours. Ils sont capables de retrouver quelqu'un d'enseveli en moins de cinq minutes lors des exercices.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le col du Petit Argentier, dans la station de Valfréjus (Savoie), où une avalanche s\'est déclenchée le 18 janvier 2016 (photo d\'illustration). 
Le col du Petit Argentier, dans la station de Valfréjus (Savoie), où une avalanche s'est déclenchée le 18 janvier 2016 (photo d'illustration).  (JACQUES PIERRE / HEMIS.FR / AFP)