Météo : les habitants du Nord et du Pas-de-Calais se demandent bien où est passé le soleil

La région est en déficit d'ensoleillement depuis le 27 novembre dernier. A Lille, par exemple, le soleil a pointé le bout de son nez que 2h40 depuis le début de l'année. 

Selon le décompte de Météo France, le soleil n\'a brillé que 2h40 en moyenne à Lille (Nord) depuis le début du mois de janvier 2018.
Selon le décompte de Météo France, le soleil n'a brillé que 2h40 en moyenne à Lille (Nord) depuis le début du mois de janvier 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il est mort le soleil", chantait Nicoletta en 1970. Quarante-huit ans plus tard, en ce début d'année 2018, certains habitants des départements du Nord et du Pas-de-Calais sont désormais à sa recherche. A tel point que La Voix du Nord se pose la question de sa disparition dans son édition du dimanche 14 janvier. 

Dans la partie septentrionale de la France, on s’approche déjà dangereusement du record du plus bas taux d’ensoleillement en nombre d'heures par mois depuis l'après-guerre, rapporte Le Parisien. En 1948, il était alors de 13h30 de soleil visible sur le mois de janvier. Selon le décompte de Météo France relayé par La Voix du Nord, le soleil n'a brillé qu'un peu moins de trois heures en cumulé à Lille depuis le début du mois. "ll ne fallait pas les rater, être sous la douche ou au cinéma", plaisante le quotidien. 

De son côté, Nord-Eclair expliquait le 10 janvier que l'ensoleillement avait été de 1h42 dans la région, depuis le début de l'année. Le prévisionniste précise que la région des Hauts-de-France est en déficit d'ensoleillement depuis le 27 novembre.

Des effets sur le moral et le sommeil

Sur Twitter, les habitants se lamentent en attendant une hypothétique éclaircie, mais gardent tout de même le sourire. Car comme le dit Enrico Macias, "les gens du Nord ont dans leur cœur le soleil qu'ils n'ont pas dehors".

Attention, puisque ce déficit de soleil peut toutefois perturber notre horloge biologique. Sans lui, la production de mélatonine, cette hormone qui facilite l'endormissement, est passablement freinée, explique Sciences et avenir.

L'absence de lumière du soleil limite aussi la production de sérotonine, une autre hormone qui a un impact sur notre moral, détaille Nord-Eclair. La privation de lumière matinale en hiver est depuis fin novembre aggravée par le déficit d’ensoleillement au cours de la journée. "C’est le coup de blues garanti", assure le quotidien. Habitants des Hauts-de France, tenez bon !