Cet article date de plus de trois ans.

Orages : pourquoi autant de grêle ?

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Orages : pourquoi autant de grêle ?
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Suite aux violents orages de grêle qui ont ravagé la Charente, Jean-Christophe Batteria s'est penché sur ce phénomène météo qui peut être particulièrement puissant.

De violents orages de grêle ont ravagé la Charente, avec des grêlons pouvant atteindre la taille d'une balle de tennis. Paradoxalement, cette glace tombe au sol lorsqu'il fait chaud. "C'est justement la différence entre le sol chaud et humide de l'été et le froid glacial en altitude qui fait naître les fameux cumulonimbus, ces nuages géants qui aspirent l'air chaud et humide, explique le journaliste Jean-Christophe Batteria sur le plateau de France 3.  Alors l'humidité monte, arrivée vers 5 000 mètres, elle se condense, ça fait des gouttelettes d'eau, les gouttelettes d'eau continuent à monter, puis c'est la congélation à 10 000 mètres".

Les grêlons peuvent tomber à 150 voire 180 km/h

"C'est la naissance du grêlon, qui va accumuler sur lui toutes les gouttelettes qui n'ont pas encore gelé, poursuit le journaliste ; il grossit et grossit. Ils peuvent même causer des dégâts sur les avions : regardez la mésaventure qui est arrivée à 10 000 mètres d'altitude à un Airbus aux États-Unis, au mois d'août l'année dernière. Quand le grêlon devient trop gros, il bascule sur le bord du nuage, et tombe en évitant les courants ascendants."

Les grêlons qui ont ravagé les habitations de Saint-Sornin (Charente) sont impressionnants ; leur taille est-elle si exceptionnelle ? "On a mesuré des grêlons encore plus gros, atteste le journaliste : 10 centimètres de diamètre, jusqu'à 20 centimètres de diamètre en Europe." Des grêlons qui pèsent le poids d'une boule de pétanque, c'est-à-dire 700 à 800 grammes. Des physiciens ont calculé qu'ils pouvaient tomber à 150 voire 180 km/h. Aucune toiture ne résiste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.