Les dégâts des intempéries début juin vont coûter 940 millions d'euros, selon une première estimation des assureurs

L'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans plusieurs communes sinistrées après des inondations, de la grêle ou des coulées de boue. Ces intempéries au début du mois ont fait un mort et quinze blessés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme observe les dégâts occasionnés dans une résidence par un orage de grêle à Vichy (Allier), le 5 juin 2022. (MAXPPP)

Elle ont occasionné 258 000 sinistres dans plusieurs régions de France. Les intempéries survenues entre le 2 et le 5 juin, coûteront 940 millions d'euros, selon une première estimation publiée mercredi 22 juin par la fédération professionnelle des assureurs. Pas moins de 65 départements ont été touchés par ces intempéries, qui ont fait un mort et quinze blessés.

Ces chiffres comprennent les dégâts causés aux habitations (410 millions d'euros), aux automobiles (370 millions d'euros), aux biens professionnels (90 millions d'euros) et agricoles, dont les récoltes (70 millions d'euros), précise France assureurs dans un communiqué. 

"Des conséquences dramatiques"

L'état de catastrophe naturelle a été reconnu le 12 juin dans plusieurs communes du Massif Central, de l'Ile-de-France ou du Sud-Ouest, sinistrées par des inondations, de la grêle ou des coulées de boue.

C'est la deuxième vague de fortes intempéries après celle qui a eu lieu entre le 20 et le 23 mai. Le montant total des dégâts est désormais estimé à plus d'1,2 milliard d'euros en quinze jours. "Ces deux épisodes météorologiques qui ont traversé la France ont eu des conséquences dramatiques pour nombre de nos concitoyens", a déclaré la présidente de France assureurs, Florence Lustman, précisant que la fédération apporterait son soutien aux assurés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.