Tempête Alex : comment expliquer la violence de ce phénomène ?

Vendredi 2 octobre, la tempête Alex a violemment sévi en France, particulièrement dans l'arrière-pays niçois. La journaliste Anaïs Baydemir apporte ses explications en direct du plateau du 13 Heures de France 2, samedi 3 octobre. 

France 2

Jeudi 1er octobre au soir, une dépression nommée Alex, véritable bombe météorologique, s'est creusée très rapidement en arrivant sur la Bretagne. "Il y a eu une perte de 30 hectopascals en 12 heures, ce qui est remarquable, indique la journaliste Anaïs Baydemir, en direct du plateau du 13 Heures de France 2, samedi 3 octobre. Après les valeurs records de vent sur la Bretagne jusqu'à 186 km/h, la dépression a glissé vers le Poitou-Charentes". Dans son sillage, se trouvait une perturbation qui remontait des Pyrénées au Nord.

"L'équivalent de trois mois de pluie"

"En même temps, des pluies orageuses remontaient de la Méditerranée encore chaude en cette période : 23 °C", reprend la journaliste. Les pluies ont buté sur les reliefs, d'où les cumuls exceptionnels : jusqu'à 576 mm relevés en 24 heures, soit l'équivalent de trois mois de pluie. Cela a entraîné des conséquences dramatiques, puisque les cours d'eau ont très vite réagi avec une montée rapide ; près de 8 mètres par exemple pour la Vésubie (Alpes-Maritimes). 

Le JT
Les autres sujets du JT
La tempête Alex s\'abat sur Nice (Alpes-Maritimes), le 2 octobre 2020.
La tempête Alex s'abat sur Nice (Alpes-Maritimes), le 2 octobre 2020. (VALERY HACHE / AFP)