Cet article date de plus de deux ans.

Inondations dans le Sud-Est : "On ne pourra plus urbaniser comme avant", affirme Emmanuelle Wargon

Imperméabilisés par le béton, les sols n'absorbent plus l'eau. Il faudra être "stricts sur les permis de construire" et revoir "à la lumière des crues, là où il faut rendre des terrains à la nature", confirme la secrétaire d'État.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, invitée de franceinfo le lundi 25 novembre 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"On ne pourra plus urbaniser comme avant", a jugé sur franceinfo lundi 25 novembre la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon, alors que des inondations ont fait au moins quatre morts et des disparus dans le Var et les Alpes-Maritimes ce weekend. Elle estime qu'il faudra être "stricts sur les permis de construire" revoir, "à la lumière des crues, là où il faut rendre des terrains à la nature".

Rééquilibrer urbanisme et nature

"On a vécu beaucoup d'épisodes météo exceptionnels", rappelle Emmanuelle Wargon qui explique que "deux choses se cumulent" : d'une part, "des précipitations qui reviennent de façon exceptionnelle" et, d'autre part, "des endroits où les sols ont été beaucoup bétonnés et imperméabilisés". Elle affirme : "Les sites sont donc plus fragiles, l'eau s'écoule moins bien et ça crée des difficultés."

La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a eu l'occasion de travailler sur les difficultés de l'urbanisation par rapport aux risques d'inondations. Elle explique avoir notamment traité le cas de la Brague, près de Biot (Alpes-Maritimes), qui a débordé il y a trois ans, faisant plusieurs morts. "On a commencé à rendre des terrains non-constructibles alors qu'ils l'étaient déjà. On a racheté les maisons, on les a détruites et on a réouvert le lit de la rivière." Si ces opérations ne sont pas finies, Emmanuelle Wargon assure que "là où on a renaturé, (...) ça se passe mieux". "Il va falloir qu'on fasse ça beaucoup plus souvent", a-t-elle estimé.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.