Dans les zones inondables, les habitants regrettent l'urbanisation massive

Elle serait l'une des explications pour expliquer les dégâts causés par les violents orages qui ont touché le Sud-Est samedi soir.

FRANCE 2

Difficile de s'imaginer comment le paisible fleuve côtier de la Brague a pu défigurer tout un quartier. Samedi soir, de violents orages ont touché le Sud-Est faisant au moins 20 morts. À Biot, dans le quartier de La Romaine, les orages ont fait monter le niveau de l'eau et devastés une pépinière en moins de trois heures. Jacques Bedel est le propriétaire de la pépinière. Le sinistré sait que la zone où se situe sa pépinière est inondable, mais il ne veut pas partir. "Ici, il y a déjà eu 40 centimètres d'eau, deux trois vitres cassées, mais jamais comme ça. On est là. Que vouliez-vous qu'on fasse ? On ne trouve pas de terrain agricole, on sait que l'on peut avoir de l'eau, on est conscient", commente Jacques Bedel. 

Mauvais entretien

Le quartier est en zone inondable, mais ce n'était pas le cas lorsqu'il a repris l'entreprise de son père. Le fleuve est à peu près à 100 mètres de ma maison. Je suis là depuis 1972, cela fait 43 ans que je suis propriétaire. Le fleuve a débordé quatre ou cinq fois, mais c'est la première fois qu'il y a tant de dégâts. "Plus les années passent, plus il y a des dégâts, parce que l'on urbanise de plus en plus et il n'y a pas de travaux d'accompagnement réalisés au niveau de la rivière", explique aussi Jacques Bedel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un habitant de Biot dans une rue inondée, le 4 octobre 2015, dans le Sud-Est de la France.
Un habitant de Biot dans une rue inondée, le 4 octobre 2015, dans le Sud-Est de la France. (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)