Intempéries à Marseille : après la grève des éboueurs, les fortes pluies entraînent les déchets vers la mer

Les déchets qui se sont accumulés sur les trottoirs ont été emportés par les eaux et flottent désormais partout en ville en direction des plages et de la mer. Une catastrophe écologique, selon une association marseillaise.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Huveaune en crue à Marseille, le 4 octobre 2021. (GEORGES ROBERT / MAXPPP)

Les fortes pluies qui sont tombées sur le Sud-Est ces derniers jours n'ont pas épargné Marseille, lundi 4 octobre. Déjà concernée par une grève des éboueurs (désormais terminée), la ville se retrouve donc confrontée à un autre problème : celui de voir de nombreux déchets charriés par les eaux jusque sur les plages et en mer. 

Dans toute la ville, les poubelles jonchent toujours les rues. C'est le cas dans le quartier de La Valbarelle, dans le 11e arrondissement de la ville, et c'est en partie ce qui a obstrué les évacuations d'eau. La grève des éboueurs – qui s'est terminée vendredi 1er octobre – a donc toujours de fortes conséquences. Nadine, qui habite le quartier, a du mal à comprendre : "Laisser les poubelles comme ça un certain temps, c'est quand même abusé. Effectivement ils manifestent, c'est leur droit, mais les poubelles doivent être ramassées, au bout d'un moment, parce qu'au niveau sanitaire c'est pas top."  Pour le maire de la ville, Benoît Payan, la métropole aurait dû anticiper l'alerte météo et ramasser en urgence les déchets accumulés pendant les huits jours de grève.

Des ramassages organisés dans les prochains jours

Pour l'association Clean my calanques, c'est même une catastrophe écologique. Eric Akopian est le président de cette association de jeunes qui organise des randonnées de ramassage de déchets : "Ce qui nous inquiète, c'est qu'il y a beaucoup de déchets qu'on n'aura pas la 'chance' de récupérer. Tous ces déchets qu'on voit, ils finissent dans la Méditerrannée, dans nos poissons, dans nos assiettes. Et nous, c'est ça qui nous soûle. C'est qu'encore une fois, à Marseille, on se démène pour donner une bonne image et là, en 48 heures, tout s'écroule."

Dans les jours qui viennent, des ramassages seront donc organisés sur les plages pour tenter d'enlever une partie de ces tonnes de déchets. 

Le reportage de Valentin Dunate est à écouter ici.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.