Fin de la grève des éboueurs dans la Métropole d'Aix-Marseille-Provence : "Nous avons négocié le temps de travail annualisé et la prise en compte de la pénibilité"

Un accord a été trouvé entre les éboueurs et la Métropole d'Aix-Marseille-Provence, mettant fin à huit jours de grève. C'est ce qu'affirme ce vendredi Patrick Rué, secrétaire général FO des agents territoriaux de Marseille et de la Métropole.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Grève des éboueurs à Marseille le jeudi 30 septembre. (NICOLAS VALLAURI / MAXPPP)

"Nous avons négocié deux points essentiels, le temps de travail annualisé et la prise en compte de la pénibilité", a expliqué Patrick Rué, secrétaire général Force ouvrière (FO) des agents territoriaux de Marseille et de la Métropole sur franceinfo vendredi 1er octobre, alors qu'un accord a été signé entre la Métropole d'Aix-Marseille-Provence et FO le syndicat majoritaire sur le temps de travail des agents territoriaux et mettant fin à la grève des éboueurs.

franceinfo : Qu'est-ce qui a été négocié ?

Patrick Rué : Nous avons négocié deux points essentiels, le temps de travail annualisé et la prise en compte de la pénibilité. En tenant compte que c'est une obligation qui nous est donnée par la sortie de la loi de la transformation de la fonction publique (cette loi impose les 35 heures dès le 1er janvier 2022 pour tous les fonctionnaires, mais laisse la possibilité de négocier des aménagements). Il y a également la dangerosité, le travail le dimanche, le travail en décalé et le travail de nuit. Les éboueurs de la Métropole ont tous ces critères à la fois, alors qu'un seul suffit pour négocier une réduction du temps de travail. Donc nous avons demandé que l'ensemble des critères soient pris en compte.

Comment avez-vous fait ce calcul ?

Le temps annualisé du travail représente 1 607 heures. La Métropole nous avait fait une proposition à 1 530 heures qui était bien au-dessus du travail que l'on trouve dans toutes les villes. Parce qu'on parle beaucoup du conflit marseillais mais on le retrouve à Paris, à Lyon ou à Toulouse.

Selon l'offre qui a été faite, il y a une baisse de presque 10% du temps de travail par rapport aux 1 607 heures légales. Il y a aussi l'ouverture d'un compte épargne-temps et des formations.

Est-ce que vous êtes satisfaits ?

Cela a été une négociation sur le raisonnable. Dans la plus grosse partie ce n'était pas pour acquérir de nouveaux droits mais pour en perdre le moins possible. La base de négociation a été faite sur 1 467 heures. C'est ce que l'on retrouve notamment dans la police municipale et dans d'autres corporations. Il n'y a rien d'extraordinaire. On ne travaille pas avec des cycles par semaine c'est pour ça que c'est compliqué à expliquer. Certains travaillent en six-trois, d'autres en six-deux, en cinq-deux. Aujourd'hui, on parle de temps annualisé pour que sur les territoires de la Métropole, tout le monde passe les 1 467, peu importe comme cela est fait.

Est-ce la fin de la grève ?

C'est la fin du mouvement en ce qui concerne Force ouvrière. La collecte a déjà repris pour partie cet après-midi et devrait s'amplifier ce soir pour être totalement effective demain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Provence-Alpes-Côte d'Azur

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.