Cet article date de plus de deux ans.

Appel aux dons pour les sinistrés de l'Aude : la Croix-Rouge a reçu "moins de 100 000 euros" et "cela ne suffit pas"

Jean-Jacques Eledjam, le président de la Croix-Rouge française, a fait le point sur les dons reçus. Il a également précisé que le dispositif d'urgence entre dans une nouvelle phase de "post-urgence". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants de Trèbes (Aude) dans les rues de la ville, le 16 octobre 2018. (ERIC CABANIS / AFP)

La Croix-Rouge a reçu "moins de 100 000 euros" de dons pour les sinistrés de l'Aude qui ont tout perdu la semaine dernière dans les inondations meurtrières du département, a annoncé lundi 22 octobre sur franceinfo Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge française et "cela ne suffit pas", a-t-il ajouté.

Le président de la Croix-Rouge ne remet pas en cause la générosité des Français mais admet que les dons envoyés ne suffisent pas : "La solidarité des Français n'est plus à démontrer. Nos concitoyens sont très solidaires. Le problème, c'est qu'il y a des appels successifs. Aujourd'hui, nous avons moins de 100 000 euros que nous allons distribuer et cet argent va être utile", a-t-il expliqué. "Il y aussi des dons en nature qui sont arrivés de la France entière de façon relativement importante", a-t-il ajouté. La Croix-Rouge a levé son dispositif d'urgence et "entre dans la post-urgence et la durée", a précisé Jean-Jacques Eledjam.

>> Emmanuel Macron se rend dans les communes sinistrées

Emmanuel Macron est attendu lundi dans l'Aude. Il doit faire un certain nombre d'annonces pour faciliter les démarches des sinistrés, notamment rallonger le délai pour déclarer un sinistre à 30 jours, au lieu de dix habituellement, après la parution de l'arrêté de catastrophe naturelle.

L'état de catastrophe naturelle a été reconnu jeudi dans 126 communes du département. Les dégâts matériels représentent environ "200 millions d'euros" a annoncé dimanche le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.