Cet article date de plus de trois ans.

Crue de la Seine : c'est "à la fois vrai et faux" de dire qu'on inonde aux alentours pour sauver Paris, selon Yves Jégo

Le député UDI de Seine-et-Marne Yves Jégo a expliqué, vendredi sur franceinfo, qu'une inondation à Paris aurait des coûts qui se chiffreraient en milliards d'euros.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Yves Jégo, à l'Assemblée nationale, le 7 novembre 2017. (MAXPPP)

Dire que l'on inonde les départements aux alentours pour épargner Paris de la crue de la Seine "est à la fois vrai et faux", a estimé, vendredi 26 janvier sur franceinfo Yves Jégo, député UDI de Seine-et-Marne, ancien maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) et président fondateur de Seine en Partage.

"Il n'y a pas un fonctionnaire qui dans le secret d'un sous-sol ouvrirait des vannes pour noyer la grande couronne", a rassuré Yves Jégo. Cependant, le député a expliqué "qu'une inondation à Paris aurait des coûts gigantesques, cela se chiffre en milliards d'euros"

>>> Suivez notre direct sur la situation en France

Le président fondateur de Seine en Partage a indiqué que tout est "fait depuis des années, avec les plans de prévention, les grands bassins d'écrêtement, pour éviter d'inonder Paris et pour, chaque fois que c'est possible, inonder le milieu rural ou laisser filer l'eau dans les champs". Cependant, "c'est une logique générale et pas une action au quotidien", a précisé Yves Jégo.

L'un des problèmes de la crue, ce sont les pollutions à venir. "Le fleuve charrie les huiles, le fioul, emporte tout et ensuite cela laisse des pollutions. Il ne faut pas avoir d'illusion, a lancé Yves Jégo. Les dégâts qui sont faits sont considérables dans le temps. Une fois qu'il y a la décrue, cela n'a rien réglé. C'est au contraire là que les problèmes commencent."

Avec le réchauffement climatique, il est possible que ces phénomènes se répètent régulièrement. "La vraie question est de savoir comment on peut faire pour anticiper au maximum, faire les aménagements voulus, mettre les moyens là où il faut, a détaillé Yves Jégo. Là, on a un vrai problème de gouvernance. Il n'y a pas de pilote du fleuve unique, chacun essaie de faire chez lui sans mesurer les conséquences. J'appelle à ce qu'il y ait une coordination."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.