Intempéries : les bateliers restent à quai

Les conditions météorologiques s’améliorent en France depuis samedi, mais place désormais aux conséquences. Pour certains, comme les bateliers, la crue ne leur permet plus de pratiquer leur métier. Ils sont condamnés à attendre.

Retour à l’accalmie en France, et notamment en région parisienne où la situation des transports en commun revient à la normale. La RN 118 rouvre progressivement, par exemple. Mais aujourd’hui, ce sont bien certaines professions qui souffrent encore de la pluie ou la neige des dernières semaines. Les bateliers, eux, sont bloqués depuis trois semaines en raison de la crue de la Seine. Ils sont au chômage technique et leurs conditions de vie sont très délicates.

Marchandises à quai

Aux portes de la Seine, à Charenton, pour les bateliers, il est en effet impossible de livrer les marchandises aux clients, comme ce batelier qui devait livrer à Pantin. « Là j’ai 610 tonnes de sable et graviers, ça fait dix jours que j’aurais dû livrer et le client attend », raconte Stéphane Leblanc.
Le niveau de la Seine étant encore trop élevé, les bateaux n’ont pas droit de circuler. À l’intérieur, ils n’ont même plus d’eau potable. Pour eux, le manque à gagner est estimé à 60 %. Pour le compenser, ils devront travailler davantage dans les mois à venir. En attendant, ils scrutent le niveau de l’eau et espèrent pouvoir naviguer rapidement.

Le JT
Les autres sujets du JT
En raison des intempéries en succession, les bateliers sont en difficulté, bloqués depuis trois semaines en raison de l\'interdiction de naviguer sur la Seine. Pour ces artisans, les conséquences économiques s\'annoncent lourdes.
En raison des intempéries en succession, les bateliers sont en difficulté, bloqués depuis trois semaines en raison de l'interdiction de naviguer sur la Seine. Pour ces artisans, les conséquences économiques s'annoncent lourdes. (France 3)