Coupures de courant, routes coupées, inondations locales... Les dégâts de la tempête Amélie

Vents violents, orages ou inondations... La tempête Amélie s'est abattue sur le centre et le sud de la France.

Un arbre arraché par la tempête Amélie à Bayonne, le 3 novembre 2019.
Un arbre arraché par la tempête Amélie à Bayonne, le 3 novembre 2019. (ANTHONY MICHEL / RADIO FRANCE)

La tempête Amélie touche dimanche 3 novembre les régions du centre-ouest et sud-ouest. La Charente-Maritime a été placée en vigilance orange inondation par Météo France, selon le dernier bulletin publié à 16h. L'alerte orange a été levée pour la Corse-du-Sud, l'Allier, le Puy-de-Dôme et le Cantal. La Corse-du-Sud était en vigilance orange pluie-inondations. L'Allier, la Cantal et le Puy-de-Dôme étaient eux en vigilance orange vent violent.

La tempête s'est décalée vers l'Est dimanche, après avoir touchée principalement la Gironde.

>> Suivez notre direct sur le passage de la tempête Amélie.

Des rafales de vents à 163 km/h ont été relevées au Cap Ferret, en Gironde, dans la nuit de samedi à dimanche, 146 km/h à Belle-Ile-en-Mer, la plus forte rafale relevée sur place pour un mois de novembre depuis 1996, 140 km/h à Messanges, dans les Landes, 120 km/h sur l'ile de Groix et sur l'île d'Yeu.

Au total selon Enedis, plus de 140 000 foyers étaient privés d'électricité dans le Sud-Ouest dimanche à 11h. La plupart se trouve en Nouvelle-Aquitaine avec environ 120 000 foyers concernés, et 25 000 dans les Pyrénées-Atlantiques. On en dénombre 3 700 dans le Limousin.

Retour à la normale sur les axes de circulation girondins

En Gironde, Enedis recensait entre 45 000 et 55 000 foyers privés d'électricité à 11h mais "a bon espoir de rétablir la majeure partie des foyers d’ici la fin de journée, d’autant plus que le vent devrait faiblir. Mais, comme souvent les derniers foyers qui seront rétablis ne le seront certainement pas avant 24h",  indique Patrick Amoussou-Adéblé, secrétaire général des affaires régionales de la préfecture sur franceinfo.

Concernant la circulation des TER, de "très fortes perturbations des réseaux" sont à noter en direction du bassin d’Arcachon, mais aussi entre Bordeaux et Hendaye ou encore vers Périgueux. En revanche, le trafic des TGV a repris normalement dès 11 heure.

L’autoroute A62 a été coupée à 8h30, dans le sens Toulouse-Bordeaux, à cause d’un obstacle sur les voies. Le boulevard Wilson à Bordeaux a également été coupé dans les deux sens, mais selon la préfecture tous les axes majeurs en Gironde étaient de nouveau ouverts en fin de matinée. La plupart des "150 interventions" effectuées par les pompiers concernent essentiellement des "arbres tombés sur les routes". Un motard a toutefois été blessé à Bordeaux, des câbles lui étant tombés dessus.

À Bordeaux, les cimetières et espaces verts publics sont fermés dimanche.

Des rafales de vents à 163 km/h ont été relevées au Cap-Ferret. Deux occupants d'un mobil-home à Andernos ont été mis en sécurité. Les sites boisés et parcs ont été fermés au public dans cette commune. A Lacanau, deux familles ont été relogées, après que les vitres de leurs maisons ont été brisées par le vent. Il n’y a pas eu de blessé, précise le maire. Dans cette commune, les accès aux plages ont été fermés.

Trois blessés dans les Pyrénées-Atlantiques

Les Pyrénées-Atlantiques ont été touchées par la tempête Amélie, de fortes rafales de vents ont été signalées sur la côte basque, rapporte le préfet du département dans un communiqué. Les rafales ont été plus marquées sur le littoral avec des pointes de vent mesurées jusqu’à 135 km/h sur la côte basque et 100 km/h dans l’intérieur des terres. Les pompiers ont procédé à près de 200 interventions selon leur dernier pointage à 11h. Trois personnes ont été légèrement blessées et prises en charges par les services de secours. Une personne a été évacuée vers une structure hospitalière. Des chutes d’arbre, de câbles électriques ont été constatées sur le réseau routier.

24 000 clients sont privés d’électricité dans cette zone, répartis sur près de 150 communes du département : 14 000 dans le Pays basque et 10 000 dans le Béarn. Le trafic SNCF est temporairement interrompu sur les lignes suivantes : ligne Bayonne-Hendaye, ligne Pau-Oloron, ligne Dax-Tarbes (pas d'indication pour l'heure sur le rétablissement). La ligne Dax-Hendaye a été rétablie.

Le sud-est également touché

De fortes pluies touchent également le sud-est du pays, prolongement de la tempête Amélie. Une quarantaine de personnes ont été mises en sécurité à Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône, prises au piège par la montée des eaux dans leur véhicule ou à domicile. Une école a aussi été envahie par 10 cm d’eau dans cette commune. Le maire ne sait pas encore si cette école pourra accueillir les écoliers lundi, mais "on va tenter d’assurer une rentrée quasi normale". Le centre technique municipal est également sous l’eau. Quatorze sinistrés sur l’autoroute A7 ont été hébergés parce que leur voiture ont été "arrêtées en plein milieu de l’autoroute ou sur la départementale 113, le long de l’autoroute A7". 25 personnes de la communauté des gens du voyage qui avaient leurs caravanes dans un secteur menacé, ont dû "par mesure de protection", être "protégés quelques heures pour qu’ils trouvent une solution plus adaptée".

Il est tombé l’équivalent d’un mois de pluie en 1 heure à Marseille (42 mm) et plus de 50 mm de pluie en 30 minutes dans la région de Nice, ce qui a occasionné des inondations locales. L'autoroute A8 a été coupée tôt dimanche matin entre Nice-centre et Nice-nord à cause de coulées de boue, provoquées par les fortes pluies. Mais elle a rouvert dans la matinée. Dans plusieurs communes des Bouches-du-Rhône, les pompiers signalent des inondations où l'eau est montée jusqu'à un mètre par endroits.