Une tempête fait au moins trente morts dans l'est du Brésil

Les victimes ont péri lors de glissements de terrain ou de l'effondrement de maisons causés par des précipitations sans précédent depuis plus d'un siècle.

Une vue aérienne des secours qui recherchent des personnes qui ont péri dans des glissements de terrain à Belo Horizonte, dans l\'Etat de Minas Gerais, au Brésil, le 25 janvier 2020.
Une vue aérienne des secours qui recherchent des personnes qui ont péri dans des glissements de terrain à Belo Horizonte, dans l'Etat de Minas Gerais, au Brésil, le 25 janvier 2020. (DOUGLAS MAGNO / AFP)

Des quantités records de pluie par endroits. La violente tempête qui s'abat, depuis jeudi 23 janvier, sur l'Etat de Minas Gerais, dans l'est du Brésil, a provoqué d'importantes inondations et des glissements de terrain. En trois jours, au moins trente personnes sont mortes et dix-sept sont portées disparues. La Défense civile a indiqué, samedi, que ces intempéries exceptionnelles avaient également fait sept blessés et plus de 3 000 déplacés. Une trentaine de villes sont affectées.

Vendredi, deux enfants et deux adultes ont perdu la vie dans l'effondrement de deux habitations à Ibirite. Deux autres personnes ont péri dans les mêmes circonstances dans le quartier de Vila Bernardete, à Belo Horizonte, capitale de l'Etat de Minas Gerais. Quatre autres personnes sont mortes dans cette ville, et une à Contagem.

Eboulements et maisons ensevelies

L'Institut national de météorologie a indiqué avoir enregistré en 24 heures les précipitations les plus importantes jamais relevées depuis le début des mesures il y a 110 ans. Entre 9 heures jeudi et 9 heures vendredi, 171,8 millimètres de pluie sont tombés à Belo Horizonte. Les autorités anticipent une baisse de l'intensité des chutes de pluie dans la journée de dimanche, tout en prévenant que le risque de glissement de terrain va persister dans neuf villes de la région de Belo Horizonte.

Les images des télévisions locales montrent des éboulements, des maisons ensevelies, des arbres et des poteaux électriques arrachés, des rivières en crue et des quartiers inondés par cette tempête, qui touche aussi les Etats voisins de Rio de Janeiro et d'Espirito Santo.

Ces intempéries coïncident avec le premier anniversaire de la rupture d'un barrage minier situé à Brumadinho, dans la région de Belo Horizonte, qui a fait 211 morts et 95 disparus. La majorité des victimes travaillaient dans la mine Corrego do Feijao appartenant au groupe Vale, premier producteur mondial de minerai de fer.