Typhon Haiyan : le monde entier vient en aide aux Philippines

La Commission européenne a débloqué trois millions d'euros pour les opérations de secours.

Des militaires américains déchargent un avion venu apporter de l\'aide aux victimes du typhon Haiyan, le 11 novembre 2013 à Manille (Philippines).
Des militaires américains déchargent un avion venu apporter de l'aide aux victimes du typhon Haiyan, le 11 novembre 2013 à Manille (Philippines). (JAY DIRECTO / AFP)

Mobilisation générale. Face au désastre laissé par le passage du supertyphon Haiyan aux Philippines, samedi 9 novembre, les pays et les organisations du monde entier commencent à envoyer en masse aide humaine, matérielle et financière.

La communauté internationale envoie de l'aide

Pour tenter de pallier le manque d'eau potable, de nourriture, de médicaments et de soins pour les blessés, les Etats-Unis ont dépêché du personnel et du matériel militaires. Quelque 90 militaires, deux avions et des hélicoptères ont pris la direction des Philippines. "Les Etats-Unis fournissent déjà une aide humanitaire importante et nous sommes prêts à aider davantage", a affirmé dimanche Barack Obama.

De son côté, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a promis que les agences spécialisées de l'ONU "réagiraient rapidement pour assister les personnes qui en ont besoin". Dès samedi, le Programme alimentaire mondial de l'ONU a envoyé une équipe d'évaluation des besoins. Il a également organisé le transfert de 40 tonnes d'aide alimentaire. Un avion cargo de l'Unicef, avec à son bord 60 tonnes de produits, sera aux Philippines mardi. Le Fonds de l'ONU pour l'enfance va aussi envoyer des équipements sanitaires et des purificateurs d'eau.

La Commission européenne a pour sa part débloqué trois millions d'euros pour les opérations de secours. Médecins sans frontières a envoyé 200 tonnes de médicaments, tentes et produits d'hygiène. Le Royaume-Uni a offert une enveloppe de 9,6 millions de dollars (7,2 millions d'euros). L'ambassade d'Allemagne à Manille a annoncé le départ de 23 tonnes d'équipement de secours. Le Canada va verser 5 millions de dollars (3,7 millions d'euros) aux ONG participant aux secours. L'Australie a promis 10 millions de dollars australiens (7 millions d'euros)…

Des ONG françaises appellent aux dons

Mobilisées depuis 48 heures, les ONG appellent les Français à les soutenir pour pouvoir agir auprès des victimes. "On est en cellule de crise", explique Bruno David, d'Action contre la faim. "On a une centaine de personnes sur place, elles-mêmes affectées par la crise. Les routes sont coupées, les télécommunications ne passent plus", décrit-il. L'enjeu pour l'ONG est "d'éviter que des épidémies se propagent par des contaminations d'eau et de mauvaises conditions d'hygiène".

Une équipe de Médecins du monde va rejoindre les membres de l'organisation déjà sur place. Médecins sans frontières a également envoyé des équipes, ainsi que deux avions cargos qui "transporteront du matériel médical et logistique".

"Affréter des avions coûte cher et on a vraiment besoin d'un soutien massif", souligne Bruno David, résumant l'opinion générale. La Fondation de France ainsi que de nombreuses organisations (la Croix-Rouge française, Médecins du monde, Action contre la faim, le Secours populaire français, l'Unicef...) ont lancé des appels aux dons en espérant que les Français se mobilisent.

Des experts mettent en garde

Si cette aide indispensable est bienvenue, des experts en action humanitaire d'urgence ont toutefois mis en garde lundi, en Australie, contre une répétition des erreurs commises dans le sillage du tsunami de 2004 en Asie.

Dans ces contextes difficiles, "la bonne volonté qui se manifeste un peu partout dans le monde produit un afflux ingérable de toutes sortes de biens dans les zones sinistrées, et cela crée des points de congestion dans les ports et les aéroports qui entravent une aide plus ciblée", a ainsi prévenu Paul Arbon, directeur du Torrens Resilience Institute, un centre de recherche australien sur l'aide d'urgence.