Caraïbes : quitter l'enfer des ouragans

Face à l'arrivée de l'ouragan Jose, la plupart des habitants de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin auraient aimé pouvoir partir. Pour beaucoup, cela n'a pas été possible, car les autorités n'ont autorisé que les personnes souffrant de pathologies à prendre l'avion. 

FRANCE 2

Jusqu'au dernier moment, des familles ont espéré pouvoir partir dans un avion qui pourrait les emmener loin de l'enfer qu’est devenue l'île de Saint-Martin. Tout d'un coup, la grille de l'aéroport se ferme. On leur apprend qu'ils ne pourront pas partir et qu'un nouveau danger les menace. "Un cyclone arrive ce soir, allez vous protéger", leur dit-on.

L'angoisse et la colère

"Je ne sais pas comment on va faire, mais on ne peut pas rester ici, on n'a pas d'argent, on n'a pas à manger, on n'a rien", déplore une femme. "Ça commence à craindre au niveau de la sécurité. Il y a des mecs armés partout", s'inquiète une mère. Pour ces centaines d'habitants qui patientaient devant les grilles de l'aéroport depuis plusieurs heures, c'est l'angoisse et la colère qui dominent. Ils vont devoir affronter la furie d'un nouvel ouragan. Les îles de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin ont été placées en alerte maximale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un habitant de l\'île de Saint-Martin au milieu des décombres, samedi 9 septembre. 
Un habitant de l'île de Saint-Martin au milieu des décombres, samedi 9 septembre.  (MARTIN BUREAU / AFP)