Vidéo Sur une plage en Israël, ils ramassent des milliers de kilos de déchets

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
62 000 kilos de déchets. C'est ce qu'auraient ramassé ces volontaires lors d'un nettoyage de plage géant en Israël…
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

62 000 kilos de déchets. C'est ce qu'auraient ramassé ces volontaires lors d'un nettoyage de plage géant en Israël…

Un nettoyage de plage géant pour lutter contre la pollution plastique et les déchets marins : à travers Israël, près de 100 ramassages de ce genre ont été organisés le temps d'une journée. "Comme de nombreux pays du monde, nous avons un gros problème avec le plastique. Nous n'avons pas vraiment de solution et très souvent ce plastique finit sur les plages", déplore Debra Ramon, biologiste marin et membre de WeSea.

62000 kilos de déchets

Mégots, bouteilles, emballages, vaisselle jetable… Alors que les organisateurs prévoyaient de collecter 3000 à 6000 kilos de déchets, ils en auraient finalement ramassé plus de 62 000.

18 000 volontaires mobilisés

Avec cette action, ils tentaient de battre le record du monde du plus grand nettoyage de plage. Au-delà de cet objectif symbolique, l’action visait à nettoyer le littoral mais aussi à demander aux décideurs de davantage protéger les écosystèmes marins. Selon les organisateurs, environ 18 000 volontaires se sont mobilisés à travers le pays. "C'était super de voir des gens différents, de différents milieux, se retrouver autour de cette cause commune. Il y avait des groupes d'élèves, des habitants qui venaient récupérer des objets auprès de nous ou qui simplement venaient nettoyer les plages", se réjouit Debra Ramon. Selon le WWF, le littoral autour de Tel-Aviv serait le troisième plus pollué en Méditerranée après ceux de Barcelone et du sud de la Turquie. Debra espère que les participants prendront conscience de ce que deviennent nos déchets "une fois qu'ils quittent nos mains."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.