Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Sauver le monde ? Pour le Youtubeur Pierre Chevelle, oui, c’est possible

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Avec des "micro-engagements" simples et rapides, sauver le monde n’est pas impossible. C’est le message du Youtubeur Pierre Chevelle.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Avec des "micro-engagements" simples et rapides, sauver le monde n’est pas impossible. C’est le message du Youtubeur Pierre Chevelle.

"Changer le monde en deux heures". Utopie ? Non. Il s’agit de la chaîne Youtube de Pierre Chevelle qui comptabilise déjà 10 000 abonnés et sur laquelle il donne des méthodes concrètes pour que chacun puisse agir pour sauver la planète. Le jeune homme veut, en effet, en finir avec les préjugés selon lesquels il serait "impossible" de changer le monde. "Il existe plein de micro-engagements", explique-t-il avant de préciser : "Des moyens simples, d’avoir un impact positif, social ou écolo". Parmi ces quelques astuces, Pierre Chevelle cite, par exemple, l’utilisation de moteurs de recherches solidaires qui vont financer des associations, à l'image d'Ecosia, dont les revenus servent à replanter des arbres dans les zones les plus déforestées du monde. 

De spectateur à acteur

Pour Pierre Chevelle, il n’y a plus d’excuse. Nous pouvons tous nous saisir d’opportunités simples du quotidien pour participer à un changement positif du monde.

On en a tous marre de se sentir impuissants […] et d’avoir l’impression que le monde part en cacahuète sans pouvoir rien faire.

Pierre Chevelle

à Brut

Ne plus être victime de tous les problème de la société pourrait ainsi passer par ces "micro-engagements". "Ce que je trouve génial avec les micro-engagements, c’est que, justement, tu passes de spectateur à acteur".
Le Youtubeur préconise notamment d’aller donner son sang. Pour lui, ce geste simple et pourtant pas assez répandu permettrait de sauver des vies, à notre échelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.