Tempête Gloria : "Il faut remonter à janvier 1982 pour trouver un épisode méditerranéen aussi intense en hiver"

Côté français, de fortes pluies et d'importantes chutes de neige sont attendues dans les prochaines heures dans les Pyrénées-Orientales.

Une personne prend une photo des grosses vagues sur la page d\'El Saler, tandis que la tempête Gloria atteint la côte espagnole près de Valence, le 20 janvier 2020.
Une personne prend une photo des grosses vagues sur la page d'El Saler, tandis que la tempête Gloria atteint la côte espagnole près de Valence, le 20 janvier 2020. (JOSE JORDAN / AFP)

Des vents à 110 km/h, des pluies intenses, de la neige en abondance... Côté espagnol, le littoral catalan est placé en vigilance rouge, le niveau maximal, lundi 20 et mardi 21 janvier. Côté français, un épisode de pluies intenses et de fortes chutes de neige est attendu dans les Pyrénées-Orientales, avec un fort risque d'avalanches jusqu'à mercredi soir, selon Météo France.

En cause, la tempête Gloria, qui est qualifiée "d'exceptionnelle", selon France Bleu Roussillon, avec des risques de submersion et d’inondation importants. Que penser de ces intempéries, qui ont déjà fait deux morts côté espagnol ? Entretien avec Olivier Proust, prévisionniste à Météo France.

Franceinfo : Quelles vont être les conséquences de la tempête Gloria, côté français ?

Olivier Proust : Dans les vallées intérieures des Pyrénées-Orientales, la neige tombe au-dessus de 400 ou 600 mètres d'altitude dès ce lundi après-midi. Dans la nuit de lundi à mardi, les chutes de neige vont s’intensifier et ce, dès 300 mètres d'altitude. La couche de neige devrait atteindre de 2 à 5 cm, voire 10 cm localement, mardi à l'aube. Ensuite, dans la journée de mardi, la limite pluie-neige va rapidement remonter à 1 000 mètres en milieu de matinée, puis à 1 400 mètres à la mi-journée. En plus haute montagne, la neige va continuer à tomber sur le massif du Canigou mercredi 22 et en début de journée jeudi 23 janvier, avec une épaisseur de deux mètres de neige attendue.

Toujours dans les Pyrénées-Orientales, il y aura des pluies intenses sur la plaine du Roussillon avec un vent d'est soutenu. Une dégradation de la mer est prévue, avec de fortes vagues. Cette pluie localement forte va perdurer dans les journées de mardi et mercredi, puis se déclarer vers le Languedoc jeudi. 

Pourquoi ces intempéries sont-elles qualifiées "d'exceptionnelles" ?

Il s'agit en réalité d'un épisode méditerranéen intense. Il n'est pas exceptionnel dans l’absolu : cette intensité est constitutive du climat du Roussillon. Mais le fait remarquable, c’est qu'il se déroule pendant la période de l’hiver. Il faut remonter à janvier 1982 pour en trouver un semblable. Comme la mer est plus froide en janvier, la masse d’air contient moins d’eau "précipitable" en cette saison qu’en automne, où la mer est plus chaude.

La bonne question est de savoir à quoi est dû le vent d’est qui souffle sur les Pyrénées-Orientales et la Catalogne. Il faut comprendre qu'il y a, d'une part, un anticyclone très puissant situé au sud des îles britanniques et sur le nord de la France et, de l'autre, la dépression qui campe entre Espagne et Maghreb, qui a été baptisée "Gloria" par l'Espagne. Entre les deux se situe un puissant flux marin sur la Méditerranée, qui va des rivages espagnols à l’ouest du golfe du Lion.

L'Aude avait été durement touchée par les intempéries au mois d'octobre 2018. Doit-on craindre à nouveau des inondations majeures ?

Il ne s'agit pas cette fois d'orages intensifs et localisés. Mais il se produira des pluies forte qui posent problème sur la durée et vont atteindre des cumuls importants en plusieurs jours, avec des problèmes de crue qui peuvent conduire à des vigilances crues et inondations.

Et en Espagne, que va-t-il se passer ?

A peu près la même chose. Le littoral ouest de la Méditerranée est soumis à des vents marins apportant des précipitations importantes entre Alicante et le Roussillon.