Scientist Rebellion : des scientifiques passent à l'action pour sauver le climat

Des actions non violentes ont été annoncées contre des universités, des centres de recherche et des revues scientifiques de premier plan, pour encourager tout leur personnel à s'exprimer plus fortement et à se battre contre la menace du réchauffement climatique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des membres de Scientist Rebellion interpellés lors d'un sit-in visant à dénoncer la politique environnementale du gouvernement allemand, le 6 avril 2022 à Berlin (Allemagne).  (ABDULHAMID HOSBAS / ANADOLU AGENCY / AFP)

Tirer la sonnette d'alarme ne leur suffit plus. Depuis début avril, des scientifiques d'une vingtaine de pays réunis au sein de Scientist Rebellion, inspiré par Extinction Rebellion, lancent des actions de désobéissance civile afin de souligner l'urgence à agir pour le climat. 

Samedi, des scientifiques du mouvement étaient présents au Muséum nationale d'Histoire naturelle à Paris. 

Le début de leur campagne s'est calé sur la publication du rapport des experts climat de l'ONU (Giec), sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Des actions non violentes ont été annoncées contre des universités, des centres de recherche et des revues scientifiques de premier plan, pour encourager tout leur personnel à s'exprimer plus fortement et à se battre contre ce que le groupe décrit comme une menace existentielle pour l'humanité. "Si nous disons que c'est une urgence, nous devons agir en conséquence", plaide Charlie Gardner, spécialiste en biodiversité tropicale à l'Université britannique du Kent. Scientist Rebellion espère voir "des niveaux élevés de désobéissance civile" de la part d'un millier de scientifiques à travers le monde.

Un groupe créé en 2020

Mercredi, des scientifiques ont ainsi bloqué l'entrée d'un bâtiment de la banque JP Morgan Chase à Los Angeles (Etats-Unis). "Nous avons choisi JP Morgan Chase car parmi toutes les banques d'investissement dans le monde, JP Morgan Chase finance le plus grand nombre de nouveaux projets liés aux énergies fossiles", justifie l'un des scientifiques, Peter Kalmus, auprès du Guardian (lien en anglais). Le climatologue explique avoir été arrêté pour son action. 

Le groupe Scientist Rebellion a été créé en 2020 par deux doctorants en physique du St Andrews College, en Ecosse. Lors de leur première action d'ampleur il y a un an, une centaine de scientifiques s'en étaient pris notamment au géant de la publication scientifique Springer Nature et à la British Royal Society. Lors de la COP26 en novembre 2021, plusieurs de leurs membres avaient été arrêtés.

Avec un réchauffement d'environ +1,1 °C depuis l'ère pré-industrielle, le monde est déjà victime d'une multiplication des événements extrêmes, canicules, sécheresses, inondations ou tempêtes. Et ce n'est qu'un début, comme l'ont montré les deux premiers volets du Giec sur la physique du climat et les impacts publiés récemment.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.