Réduction de la consommation d'énergie : "Il faut que ces entreprises intègrent pleinement la profondeur de la crise", estime l'association négaWatt.

Yves Marignac, porte-parole de l'association, réclame une prise de conscience sur la sobriété énergétique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Yves Marignac, porte-parole de Negawatt, association en faveur d’une transition écologique (FRANCEINFO)

Yves Marignac, expert critique du nucléaire et porte-parole de l'association négaWatt, estime dimanche 26 juin sur franceinfo que l'appel aux Français des dirigeants des trois énergéticiens français TotalEnergies, EDF et Engie à réduire "immédiatement" leur consommation est la fin d'une "forme de déni chez ces entreprises concernant la nécessité de la maitrise de la consommation".

"Il y a un réveil des consciences sur la sobriété énergétique, ça doit être à partir d'aujourd'hui la règle", affirme Yves Marignac. "J'espère que ces trois grandes entreprises ne lancent pas uniquement cet appel parce qu'elles sentent la difficulté dans laquelle elles vont être pour fournir cette énergie à leurs consommateurs si ceux-ci ne réduisent pas leur consommation l'hiver prochain" mais espère "qu'elles intègrent pleinement la profondeur de la crise".

Politique court-termiste

Pour le porte-parole de négaWatt, association qui milite pour une transition énergétique rapide et une sortie du nucléaire, "les solutions de rafistolage qui consistent à passer d'un approvisionnement à un autre et essayer d'amortir par tous les moyens possibles cette hausse des prix sur les consommateurs en pratiquant le 'chèque énergie', ce sont des politiques de courts termes qui ne traitent pas le vrai problème".

"Il faut évidemment protéger les consommateurs et ne pas appliquer cette sobriété énergétique de façon uniforme", rappelle-t-il. "Il y a des gens qui sont en précarité énergétique qu'il faut soutenir dans leur accès à l''énergie" mais à l'inverse "on a aussi des situations de surconsommation énergétique chez les particuliers, dans les entreprises, dans l'espace public et il faut s'attaquer d'urgence à ce problème", estime Yves Marignac. "Avec l'urgence climatique, aujourd'hui la crise en Ukraine et les prix de l'énergie qui s'envolent, l'action des particuliers sur les volumes consommés a pour premier effet de compenser l'effet de la hausse du prix unitaire".

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.