Environnement : quatre choses à savoir sur la marche pour le climat prévue samedi

En France, plus de 130 évènements en faveur de l'environnement sont organisés. D'autres actions se sont ajoutées après la démission de Nicolas Hulot.

Des manifestants à Nantes (Loire-Atlantique), le 2 septembre 2018, après la démission de Nicolas Hulot au poste de ministre de la Transition écologique.
Des manifestants à Nantes (Loire-Atlantique), le 2 septembre 2018, après la démission de Nicolas Hulot au poste de ministre de la Transition écologique. (ESTELLE RUIZ / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un appel au sursaut et une tribune alarmiste. Plus de 800 actions sont prévues, samedi 8 septembre, dans plus de 90 pays, pour demander la fin des énergies fossiles et promouvoir les énergies vertes. En France, ces évènements revêtent une dimension particulière après la démission surprise de Nicolas Hulot, lassé de la "politique des petits pas" en matière d'écologie. En réaction, deux cent personnalités ont signé une tribune dans Le Monde pour appeler le gouvernement à agir contre "le cataclysme planétaire". 

De nouvelles actions citoyennes se sont également ajoutés aux marches et piques-niques prévus samedi, en réponse à la démission du ministre de la Transition écologique. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut savoir de cette journée.

1Des évènements partout dans le monde

Initialement, ces évènements étaient prévus en amont du Sommet mondial pour l'action climatique, qui aura lieu du 12 au 14 septembre à San Francisco. Il rassemblera tous les grands acteurs américains et étrangers non-étatiques (Etats fédérés, villes, régions, entreprises) qui entendent agir à leur niveau pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les ONG attendent "la plus grande marche jamais vue sur la côte ouest des Etats-Unis à San Francisco", ainsi que des rassemblements importants à Lisbonne, Kiev, Bangkok, à Paris, ou encore au Nigeria ou en Colombie.

En France, plus de 130 événements sont prévus. Le site riseforclimate recense les évènements prévus dans tous les pays.

2Des initiatives d'ONG...

En France, plusieurs ONG organisent ces évènements, comme 350.org, Attac, les Amis de la Terre, Alternatiba ou encore Oxfam France. Dans un communiqué, elles demandent "le désinvestissement des combustibles fossiles, l'interdiction du développement des projets et infrastructures fossiles (...), une économie sobre, des énergies renouvelables contrôlées par les citoyens et à ce que l'énergie fossile soit tenue responsable des dommages qu'elle cause".

3... et des actions citoyennes

"Un effet Hulot". Après la démission du ministre de la Transition écologique, un entrepreneur de 27 ans décide de créer un évènement Facebook pour organiser un hapenning devant l'Hôtel de ville à Paris. "Je me suis dit que s’il y avait bien une raison pour laquelle je devais descendre dans la rue, c’était celle-là'" explique au Monde Maxime Lleong.

Cette initiative est devenue virale. A Paris, 16 000 personnes se sont inscrites et 80 000 se disent intéressées. Face à ce "rare engouement", comme le dit Attac, des ONG ont aporté leu soutien à ces actions citoyennes. "Nous sommes ravis que ce rassemblement émane de la société civile et que nous ne soyons pas dans un entre-soi associatif", affirme au quotidien Maxime Combes, économiste chargé du dossier climat au sein d’Attac. Des rassemblements similaires sont prévus à Rouen, RennesLille, Strasbourg, Bordeaux, Marseille, Nantes, Toulouse, etc.

4Un mot-dièse sur les réseaux sociaux

Les internautes sont aussi invités, sur les réseaux sociaux, à exprimer leur envie de mobilisation sur les questions climatiques via le mot dièse #onprendlerelais, relaie 20 minutes. Cette initiative a été lancée par Alexandra Romano, directrice d’une agence communication parisienne. "L’idée de ce mouvement est déjà de rompre ce pessimisme ambiant qui consiste à dire que ça ne sert à rien d’agir parce que c’est trop tard, parce qu’il y a Trump, parce que les lobbies sont trop puissants…, explique-t-elle à 20 minutes. Il ne faut pas tout attendre d’un quelconque gouvernement ou d’un quelconque homme providentiel. A nous aussi, citoyens, de prendre des initiatives."