Nucléaire : le choix de Nicolas Hulot divise

La France renonce à atteindre en 2025 les 50% d'énergie non nucléaire. Cette annonce, avancée par Nicolas Hulot le 7 novembre dernier, a créé la polémique chez les écologistes.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis 24 heures, Nicolas Hulot est sur tous les fronts. Le ministre de la Transition énergétique n'a pas l'intention de se laisser faire. Le 7 novembre dernier, il a annoncé qu'il renonçait au plan qui visait à atteindre 50% d'énergie non nucléaire en 2025. "Ce qui est inquiétant, c'est de s'apercevoir que depuis que cette loi a été votée (en 2015, NDLR) rien n'a été fait. C'est curieux que l'inquiétude surgisse au moment où je m'intéresse à la faisabilité des objectifs fixés", s'est-il justifié.

Les écologistes divisés

Depuis, ses amis, anciens partenaires de combat écologistes comme Yannick Jadot, ne cessent de l'attaquer. Nicolas Hulot peut-il alors rester au gouvernement ? Est-il encore crédible ? Malgré un désaccord de fond, certains écologistes continuent à le soutenir, estimant que la cause ne pourrait être mieux défendue qu'elle ne l'est en ce moment. Le ministre confie être parfois excédé, mais promet de toujours repartir au front.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Hulot à Montréal (Canada), le 16 septembre 2017.
Nicolas Hulot à Montréal (Canada), le 16 septembre 2017. (ALICE CHICHE / AFP)