Félix Ragues : "Nous sommes les premiers concernés par le dérèglement climatique"

Vendredi 15 février, des jeunes ont manifesté à Paris pour le climat. Félix Ragues et Pimprenelle Pouillot-Chevara, étudiants membres du collectif "Youth for climate", sont invités sur le plateau du Soir 3.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les lycéens et étudiants du monde entier se mobilisent pour le climat. Dans le sillage de la jeune Suédoise Greta Thunberg, qui a lancé le mouvement de grèves scolaires, les Belges descendent dans les rues le jeudi 14 et vendredi 15 février, des Français leur ont emboîté le pas. "On croit que la jeunesse doit se mobiliser, car nous sommes les premiers concernés par le dérèglement climatique, explique Félix Ragues, étudiant, membre du collectif "Youth for climate" invité sur le plateau du Soir 3. On répond à l’appel de Greta Thunberg pour organiser des grèves scolaires, à partir du vendredi 15 février et jusqu’au 15 mars [date à laquelle sera organisée une grève mondiale de la jeunesse pour son avenir ndlr]."

"On attend des réactions"

Pimprenelle Pouillot-Chevara, étudiante également membre du collectif "Youth for climate" et invitée sur le plateau du Soir 3, développe. "On attend des réactions, on attend des mesures concrètes pour répondre à nos questions afin de pouvoir se projeter dans un avenir qui nous convient (…) Je vois notre avenir comme enfumé par, si on ne fait rien, des catastrophes naturelles à répétition, qu’on vit déjà, à une fréquence beaucoup plus importante."

Le JT
Les autres sujets du JT
Une marche pour le climat a réuni 70 000 personnes à Bruxelles (Belgique), le 27 janvier 2019.
Une marche pour le climat a réuni 70 000 personnes à Bruxelles (Belgique), le 27 janvier 2019. (BERTRAND VANDELOISE / HANS LUCAS / AFP)