Environnement : les bonnes intentions de l'industrie de la mode

Les grandes entreprises du textile veulent moins polluer. Plusieurs patrons du secteur de la mode sont allés faire des promesses à l'Élysée.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est une alliance historique. 30 groupes de luxe et de prêt-à-porter qui signent le même engagement pour moins polluer. C'est le "fashion pact", un texte remis à l'Élysée vendredi 23 août. François-Henri Pinault, l'un des leaders du secteur, est à l'origine de cette initiative. Trois promesses : se mobiliser en faveur du climat, de la biodiversité et des océans.

Le texte ne sera pas contraignant pour les entreprises

S'agit-il d'un effet d'annonce ? Les objectifs sont ambitieux : atteindre d'ici 2030 ou 2050, 0% d'émissions de CO2, zéro plastique à usage unique, et parvenir à 100% d'énergies renouvelables dans le circuit d'approvisionnement. Un acte fort pour les industries de la mode, mais pas vraiment pour les associations environnementales. "C'est clairement une opération de communication pour verdir l'image d'une industrie qui a un impact environnemental très fort avec quasiment un quart des émissions de CO2", explique Clément Sénéchal, chargé de campagne pour Greenpeace. Le texte ne sera pas contraignant pour les entreprises.

Le JT
Les autres sujets du JT
François-Henri Pinault, le PDG de Kering, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 24 avril 2019. 
François-Henri Pinault, le PDG de Kering, lors d'une conférence de presse à Paris, le 24 avril 2019.  (ERIC PIERMONT / AFP)