Environnement : "La Méditerranée est en train de mourir sous le plastique", dénonce le député écologiste François-Michel Lambert

François-Michel Lambert, député écologiste des Bouches-du-Rhône, a présenté mardi une cinquantaine de propositions pour atteindre l'objectif "zéro plastique". Sur franceinfo, il estime que cette pollution "est un problème planétaire".

Selon le député des Bouches-du-Rhône François Michel Lambert, \"la Méditerranée est en train de mourir sous le plastique\" (photo d\'illustration).
Selon le député des Bouches-du-Rhône François Michel Lambert, "la Méditerranée est en train de mourir sous le plastique" (photo d'illustration). (MAXPPP)

"La Méditerranée est en train de mourir sous le plastique." Le constat dressé par François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, mardi 5 mars sur franceinfo, est sans appel. Le membre de l'UDE (Union des Démocrates et des Ecologistes) a réagi au rapport publié par le World Wildlife Fund (WWF). Selon l'ONG environnementale, l'équivalent d'un camion poubelle de plastique est déversé chaque minute dans l'océan. François-Michel Lambert estime que "50% des micro-plastiques dans les océans sont dans la Méditerranée".

La production mondiale de déchets plastiques pourrait même augmenter de 41% selon le WWF. François-Michel Lambert estime que cette pollution "est un problème planétaire mais qu'il ne faut pas pour autant que la France oublie de s'engager". Selon lui, elle doit "prendre le leadership mais elle doit emmener les autres pays avec elle".

Une cinquantaine de propositions

L'élu a donc présenté mardi 49 propositions pour atteindre l'objectif "zéro plastique" d'ici 2020. Il demande ainsi la création d'"une sorte de groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)" sur cette question. "Je propose que la France ait ses propres objectifs, que l'on créé une agence nationale du plastique qui regroupe toutes les parties prenantes, qui mobilise les fonds dispersés, qu'il y ait un comité scientifique [...] pour qu'en vingt ans nous sortions de cette addiction du plastique-pétrole et de cette pollution".