Cet article date de plus d'un an.

Emmanuel Macron se félicite de la baisse de 1,7% des émissions de gaz à effet de serre en 2019, l'opposition dénonce un "mensonge"

Plusieurs élus ont réagi au tweet du chef de l'Etat en contestant cette affirmation. Un "exercice de pure communication", dit par exemple le député Matthieu Orphelin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Rejet de fumée d'une usine en banlieue parisienne. Photo d'illustration. (BENO?T DURAND / HANS LUCAS)

Un tweet de quatre lignes pour applaudir les bons chiffres de la France en matière environnementale. Emmanuel Macron s'est félicité, dimanche 7 février, d'une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 1,7% en 2019 dans le pays. Un résultat qui va "au-delà de notre objectif", écrit le chef de l'Etat qui promet d'"encore accélérer" avec la loi climat présentée mercredi en Conseil des ministres. "C'est le résultat d'une écologie du concret et du progrès. C'est le fruit de nos efforts à tous", se félicite-t-il aussi. 

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a également affirmé dans le JDD, dimanche, que "la France a tenu ses engagements climatiques" en 2019, avec cette baisse de 1,7%. 

Sauf que cette affirmation est contestée par le député Matthieu Orphelin, qui a dit sa "grande colère" devant les "mensonges" et l'"exercice de pure communication" de Barbara Pompili. "Le gouvernement baisse l'objectif 2019 (de -2,3% à -1,5% dans la révision SNBC) puis se félicite d'être à -1,7%", a affirmé sur Twitter l'ex-LREM, tandis que l'eurodéputée Manon Aubry accusait la ministre de "mentir sur les objectifs climat".

L'exécutif veut défendre son bilan écologique contesté, avant la présentation mercredi de la loi climat, qui doit reprendre une partie des propositions de la Convention citoyenne sur le climat.

Le tribunal administratif de Paris vient par ailleurs de condamner l'Etat pour "carence" dans le non-respect des engagements de sa première Stratégie nationale bas carbone (SNBC) pour 2015-2018. Une décision "historique" pour les ONG qui attaquaient la France, soutenues par une pétition signées par plus de 2,3 millions de citoyens.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.