Écologie - politique : la difficile équation

Alors que Nicolas Hulot a apporté son soutien à la marche pour le climat samedi 8 septembre, un constat s'établit : le décalage persiste entre l'urgence écologique et les décisions politiques.

Voir la vidéo
France 2

Nicolas Hulot est le symbole d'une difficile équation entre deux mondes : l'économie et l'écologie. Une incompatibilité qui a poussé Nicolas Hulot à la démission. Aujourd'hui, il en appelle à la mobilisation citoyenne."S'engager pour le climat et la biodiversité est la seule modernité. Les citoyens qui se mobilisent partout en France et dans le monde ont le pouvoir d'impulser le changement pour l'avenir de nos enfants. Continuez à faire entendre votre voix", a-t-il écrit dans un tweet publié samedi 8 septembre.

Le protocole de Kyoto signé en 1997

Depuis plus de 20 ans, les dirigeants du monde entier se réunissent presque chaque année autour de cet enjeu. En 1997, le premier protocole signé à Kyoto (Japon) prévoit de réduire les gaz à effet de serre. En 2015, l'accord de Paris signé par 185 pays vise à limiter le réchauffement mondial à 2°C maximum, d'ici 2100. La victoire est de courte durée. À peine arrivé au pouvoir, Donald Trump relance la production de charbon et se retire de l'accord de Paris. Pourtant, il y a urgence. Dans les océans, les coraux continuent de se transformer en squelette, les incendies ravagent les forêts, les glaces fondent. Et cela malgré les accords. La prochaine conférence sur le climat aura lieu en Pologne, à la fin de l'année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des milliers de personnes se sont rassemblées devant l\'Hôtel de ville à Paris pour la marche pour le climat le samedi 8 septembre 2018.
Des milliers de personnes se sont rassemblées devant l'Hôtel de ville à Paris pour la marche pour le climat le samedi 8 septembre 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)