Dérèglement climatique : cinq ans après l'Accord de Paris, la planète ne tient toujours pas le bon cap, souligne l'ONU dans un rapport

À trois jours de l’anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat, le programme des Nations unies pour l’environnement publie un nouveau rapport qui souligne que les objectifs ne sont pas tenus par les États.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le siège de l'ONU à New-York (Etats-Unis). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

En décembre 2015, 195 pays signaient un accord historique lors de la COP21 qui se tenait à Paris. Cinq ans plus tard, à trois jours de l'anniversaire de la signature, le programme des Nations unies pour l’environnement publie un nouveau rapport peu encourageant. Le document mesure en effet l’écart entre les engagements des pays en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les objectifs de l’Accord de Paris.

Pour la troisième année consécutive, les émission de gaz à effet de serre ont augmenté en 2019. Les incendies ont même renforcé le rythme d’émission. La concentration de gaz à effet de serre a atteint des records. "L'année 2020 est en passe d'être l'une des plus chaudes jamais enregistrées, avec des incendies de forêts, les sécheresses, les tempêtes et la fonte des glaciers qui s'intensifient" et les incendies ont même renforcé le rythme d’émission, selon les Nations unies.

Chine, États-Unis et Europe, en tête des pollueurs

Le rapport de l'ONU alerte notamment sur la mauvaise trajectoire des pays les plus émetteurs et sur l’occasion manquée pour l’instant d’associer les plans de relance liés à la crise sanitaire du Covid-19 à la transition verte. La Chine, les États-Unis et l’Europe sont dans le trio de tête des pays ou des blocs les plus émetteurs. Les engagements pris il y a cinq ans dans l’Accord de Paris ne sont plus compatibles avec un maintien des température sous les 2 degrés Celsius. S’ils ne sont pas revus et tenus, la trajectoire est de plus 3 degrés à la fin du siècle. "Malgré une brève baisse des émissions de dioxyde de carbone causée par la pandémie de Covid-19, le monde se dirige toujours vers une augmentation de la température de plus de 3°C, bien au-delà des objectifs de l'Accord de Paris", peut-on lire dans le compte-rendu. 

Les baisses d’émission cette année avec les confinements n’auront quasiment aucun impact. Et les plans de relance font globalement l’impasse sur la transition verte au profit d'investissements classiques orientés sur les énergies fossiles. "Une relance verte peut réduire d'environ 25% les émissions de gaz à effet de serre prévues en 2030, et rapprocher le monde de la trajectoire des 2°C, interpelle l'ONU. Les gouvernements doivent tout mettre en œuvre pour initier une relance verte et renforcer leurs engagements avant la prochaine réunion sur le climat en 2021", insiste l'organisation internationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.