Cet article date de plus de cinq ans.

Canada : l'industrie pétrolière ne fait plus recette

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Canada : l'industrie pétrolière ne fait plus recette
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Une équipe de France 3 s'est rendue sur le site de Fort Mc Murray dans la province canadienne de l'Alberta. Ici on exploite les sables bitumineux, un mélange de sable et de pétrole.

Le Canada a longtemps compté parmi les très mauvais élèves du changement climatique. Ici, la pollution pèse peu face aux emplois. Un quart de la richesse de l'Alberta vient des sables bitumineux, du pétrole mélangé à de la terre. Avec la chute des prix du pétrole, la crise est arrivée sur le site de Fort Mc Murray. Cette zone industrielle tournez désormais au ralenti. "Maintenant les compagnies pétrolières font marche arrière. Elles ne dépensent plus leur argent comme avant, elles ne développent plus leurs usines, elles licencient alors on vit au jour le jour", explique un homme qui loue des engins mécaniques sur ce site. 

Croissance verte 

Fort Mc Murray compte 116 000 habitants. Beaucoup sont de passage, au rythme des besoins de l'industrie pétrolière. Ces derniers temps Fort Mc Murray se vide, les emplois se raréfient. Les compagnies pétrolières ont annulé ou gelé une vingtaine de projets. Pour Mike Hudema responsable de la campagne Climat-Energie de Greepeace Canada, c'est l'opportunité de changer de modèle économique. "Quand on investit dans les énergies renouvelables, on crée davantage d'emplois que si on met le même montant dans les industries du pétrole ou du gaz. Il y a des bénéfices pour l'emploi et l'économie et le climat nous demandent d'aller dans ce sens le plus vite possible", explique Mike Hudema, responsable de la campagne Climat-Energie de Greepeace Canada. Message reçu, le nouveau Premier ministre canadien a choisi de miser sur la croissance verte. Un changement de cap attendu après 30 ans de politique dominé par le pétrole.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP21

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.