Climat : la fonte des glaciers, une menace à prendre très au sérieux

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Climat : la fonte des glaciers, une menace à prendre très au sérieux
FRANCE 2
Article rédigé par
N.Chateauneuf, L.Bastian, Y.Khodja, C.Morrisseau, A.Boulanger, L.Houeix, P.Crapoulet - France 2
France Télévisions

Les experts du GIEC envisagent le pire dans leur rapport sur l'évolution du climat, qui sera publié en février 2022. Ils prévoient des extinctions d'espèces, des famines ou encore des pénuries d'eau gravissimes. 

Un gigantesque cube de glace, de sept kilomètres de hauteur et 300 milliards de tonnes : c'est le volume que les glaciers du monde entier perdent chaque année, à cause du réchauffement climatique. De l'Alaska (États-Unis) au Canada en passant par l'Himalaya ou les Alpes, les glaciers fondent de plus en plus vite, libérant des quantités astronomiques d'eau, contribuant ainsi pour un cinquième à la hausse du niveau des mers. Dans les Alpes, le front de la mer de glace a reculé de 2,5 kilomètres, et son épaisseur diminué de 150 mètres. Cette glace qui disparaît signifie moins d'eau disponible l'été dans les rivières. Les glaciers ne pourront bientôt plus remplir leur rôle de châteaux d'eau naturels, et des sécheresses plus marquées pourraient toucher un tiers de la population mondiale. 

Côtes et ports engloutis, exode massive des sinistrés

Même inquiétude pour les glaciers côtiers, comme le Jakobshavn, à l'Ouest du Groenland (Danemark). Ce glacier est un colosse affaibli : chaque année son front de 100 mètres de haut laisse s'échapper 30 milliards de tonnes de glace, soit un dixième du volume de la fonte mondiale. Les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique montrent aussi des signes de faiblesse. Au Groenland, la fonte représente trois millions de tonnes d'eau par jour, soit six piscines olympiques par seconde. Si l'Antarctique semble plus stable, sans contrôle des émissions de gaz à effets de serre, à l'horizon 2300, sa fonte entraînerait une hausse de 10 mètres du niveau des mers. Dès la fin du XXIème siècle, elle pourrait atteindre 1,10 mètre et noyer côtes, villes et ports, mais aussi provoquer l'exode de centaines de millions de personnes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.