Climat : l'Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que le reste de la planète

L'Arctique s'est réchauffé en moyenne de 0,75 °C par décennie, selon une nouvelle étude publiée jeudi dans la revue "Communications Earth & Environment" du groupe Nature.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un iceberg près de l'île de Kulusuk (Groenland), le 17 août 2019. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)

Une hausse rapide et alarmante. L'Arctique s'est réchauffé près de quatre fois plus vite que le reste du monde lors des 40 dernières années. Ces conclusions, tirées d'une nouvelle étude publiée jeudi 11 août dans la revue Communications Earth & Environment du groupe Nature, font craindre une sous-estimation des modèles climatiques des pôles, dont le réchauffement a une influence prépondérante sur la hausse du niveau des mers.

> > On vous explique pourquoi certaines zones de l'Arctique se réchauffent plus vite que le reste de la Terre

Dans la nouvelle étude, les chercheurs, basés en Norvège et en Finlande, ont analysé quatre séries de données de températures recueillies sur l'ensemble du cercle arctique par des satellites depuis 1979 (année où les données satellitaires sont devenues disponibles). Ils en ont conclu que l'Arctique s'est réchauffé en moyenne de 0,75 °C par décennie, soit près de quatre fois plus vite que le reste de la planète.

Un réchauffement pouvant aller jusqu'à 1,25 °C dans certaines zones

En 2019, le groupe d'experts sur l'évolution du climat des Nations unies (Giec) avait estimé que l'Arctique se réchauffait "de plus du double de la moyenne mondiale", sous l'effet d'un processus spécifique de la région. Ce phénomène, appelé "amplification arctique", se produit lorsque la banquise et la neige, qui reflètent naturellement la chaleur du soleil, fondent dans l'eau de mer qui absorbe davantage de rayonnement solaire et se réchauffe.

L'étude a toutefois relevé d'importantes variations locales du taux de réchauffement au sein du cercle arctique. Par exemple, le secteur eurasien de l'océan Arctique, près de l'archipel norvégien du Svalbard et celui russe de Nouvelle-Zemble, s'est réchauffé de 1,25 °C par décennie, soit environ sept fois plus vite que le reste du monde.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.