Climat : faible niveau des nappes phréatiques, inquiétude dans plusieurs régions

Malgré les pluies du mois de mai, le niveau des nappes phréatiques est trop bas en dans plusieurs régions.

France 3

Un faible débit qui inquiète. En région Centre-Val de Loire, le mois de février trop chaud et les nappes phréatiques trop faibles ont asséché les rivières. Dans le Berry et dans l'est du pays, le constat est le même. La pénurie devient chronique, l'an dernier, Charles-Édouard Gibrat a sacrifié six hectares de céleri pour continuer d'arroser ses pommes de terre.

Des régions plus exposées que d'autres

Si le niveau des nappes phréatiques est bon en Corse ou sur la Côte d'Azur, il est plus préoccupant en Alsace, en Bourgogne et dans le nord de la vallée du Rhône. "On est sur une descente de niveau puisque toutes les précipitations d'orages qui peuvent encore arriver ne vont plus avoir d'effets sur les eaux souterraines", explique la directrice des programmes scientifiques des eaux souterraines Nathalie Dörfliger. Il est encore trop tôt pour parler de sécheresse même si certaines régions ont pris des arrêtés de restriction d'eau. En 2019, la recharge hivernale a été globalement plus faible que l'an dernier. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Aussi appelé pont du Moulin, le pont d\'Ondres (Alpes-de-Haute-Provence), menace de s\'effondrer. Construit à la fin du XVIIème siècle, l\'édifice est aujourd\'hui impraticable. Le pont est abandonné en 1881, après la construction d\'une autre structure plus en amont du Verdon, la rivière enjambée par le pont.
Aussi appelé pont du Moulin, le pont d'Ondres (Alpes-de-Haute-Provence), menace de s'effondrer. Construit à la fin du XVIIème siècle, l'édifice est aujourd'hui impraticable. Le pont est abandonné en 1881, après la construction d'une autre structure plus en amont du Verdon, la rivière enjambée par le pont. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)