CARTES. Températures, ensoleillement, pluviométrie : à quoi a ressemblé l'été 2018 près de chez vous ?

Dans les 158 stations météo réparties sur toute la France, les températures de juin, juillet et août 2018 ont systématiquement dépassé les normales saisonnières. Dans la moitié d'entre elles, plus de deux degrés de différence ont même été enregistrés.

Un été exceptionnel. Météo France a publié, mardi 28 août, un bilan climatique provisoire de l'été 2018 sur les trois mois de fortes chaleurs que le pays vient de traverser. L'institut conclut que cet été est le deuxième plus chaud depuis le début des relevés en 1959. Seul l'été 2003 a enregistré des températures plus élevées. Côté ensoleillement, quelques records ont été battus et, en moyenne, le soleil a été plus présent que d'habitude. Aucun record n'a en revanche été dépassé en termes de pluviométrie, mais certaines régions ont connu des épisodes pluvieux parfois bien supérieure à la norme.

Nous avons représenté les données compilées par les experts de Météo France dans trois cartes. Ecarts de températures par rapport à la normale, excédent de soleil et déficit de pluie, cliquez sur les points pour découvrir toutes les données concernant la station météo la plus proche de chez vous.

Jusqu'à 3,3°C de plus que les moyennes saisonnières

Ecart à la normale de la moyenne saisonnière des températures moyennes
  • 0,4°
  • 3,3°

Source : Météo France

En moyenne, sur toute la France, les températures ont dépassé d'environ deux degrés les normales saisonnières, ce qui fait de juin, juillet et août 2018 les mois les plus chauds après l'été 2003 (où les températures excédaient de plus de trois degrés les moyennes de saison). Ils dépassent ainsi l'été 2017, au cours duquel le mercure était supérieur aux normales d'un degré et demi.

C'est au niveau de la région Île-de-France et du nord et de l'est du pays qu'ont été enregistrés les écarts les plus forts avec les normales saisonnières. Alors que la température moyenne de la station météo de l'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine (Grand Est) s'élève à 17,8°C, on a enregistré 21,1°C de moyenne cet été, soit un écart de plus de trois degrés.

A l'inverse, les températures moyennes mesurées en 2018 sont restées dans les habitudes saisonnières dans la plupart des stations du sud du pays. A Villar-Saint-Pancrace (Hautes-Alpes), on a dépassé les normales de seulement 0,4°C (avec 18,5°C cette année).

Un déficit d'ensoleillement dans seulement 4 stations sur 80

Rapport entre la durée totale d'ensoleillement durant l'été 2018 et la moyenne de référence
  • 0,9
  • 1.7

Source : Météo France

Cet été, les niveaux d'ensoleillement enregistrés ont été excédentaires dans la quasi-totalité du pays, par rapport à d'habitude. C'est notamment le cas dans le nord, le nord-est et le centre de la France, où l'on a frôlé, et dépassé parfois, les records de 2003. A Charleville-Mézières (Ardennes), par exemple, plus de 765 heures de soleil ont été enregistrées au total sur la saison, contre 572 heures sur la période de référence (1991-2010).

A l'inverse, l'ensoleillement était plus habituel dans le sud du pays, notamment pour la région Paca ou en Corse. Un léger déficit a même été enregistré à Ajaccio (Corse-du-Sud) ou à Nice (Alpes-Maritimes).

Le Nord et l'Est peu arrosés

Rapport entre le cumul des précipitations quotidiennes durant l'été 2018 et la normale des précipitations saisonnières
  • 0,4
  • 3

Source : Météo France

A l'échelle du pays, le mois d'août a été globalement peu arrosé. Sur les 156 stations analysées dans toute la métropole, 92 ont enregistré moins de précipitations que la normale des précipitations saisonnières. C'est particulièrement le cas le long des côtes normandes, dans le Nord, le Nord-Est et le centre du pays. A Nevers (Nièvre) par exemple, seulement 85,3 mm de pluie sont tombés cet été, contre près de 185 mm normalement.

A l'inverse, les précipitations ont été excédentaires sur l'est de la Bretagne, dans les Pays de la Loire, le sud de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées ainsi que sur les régions méditerranéennes. A Figari (Corse-du-Sud), près de trois fois plus de pluie a été enregistré par rapport à la normale (140,6 contre 47,3 mm).