Canicule : les températures ressenties, entre fantasmes et réalités

L'épisode de canicule qui a débuté lundi 24 juin est qualifié d'exceptionnel. Certaines températures ressenties sont annoncées pour avoisiner les 50°C. Mais est-ce vraiment le cas ? France 2 décrypte le vrai du faux.

FRANCE 2

Les chiffres s'emballent, tout le monde s'attend au pire, mais cet épisode caniculaire est-il exceptionnel ? Oui, c'est même du jamais vu depuis 1947. La vague de chaleur qui remonte du Sahara surprend les météorologues par sa précocité. "C'est la première fois qu'on a une telle canicule en période scolaire", rapporte le prévisionniste de Météo France, Olivier Proust.

La température ressentie est un indice

Les cartes promettent des températures avec des pics inédits à 42°C. Mais fera-t-il vraiment 48°C en ressenti ? Faux, il y a confusion. "La température qu'on appelle ressentie dans le langage courant c'est un indice", explique le prévisionniste Ludovic Lagrange. Il s'agit du résultat d'un calcul entre la température réelle et le taux d'humidité. Certaines régions seront-elles épargnées ? Oui et non. Il fera moins chaud sur les côtes de la Manche et de la Bretagne jusqu'à jeudi 27 juin, mais en fin de semaine, les 30°C seront dépassés sur tout le territoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Lyonnais se rafraichissent à cause de la canicule, le 24 juin 2019.
Des Lyonnais se rafraichissent à cause de la canicule, le 24 juin 2019. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)