Canicule : "Il faut s'attendre à de nombreux records et à des températures historiques"

La canicule de ce mois de juin s'annonce "remarquable, exceptionnelle, du jamais vu à cette période de l'année", selon le prévisionniste de Météo France Etienne Kapikian.

Des personnes se rafraîchissent à Lille, le 2 août 2018.
Des personnes se rafraîchissent à Lille, le 2 août 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Une vague de chaleur exceptionnelle va toucher la France avec des températures caniculaires sur une très grande partie du pays. "Il faut s'attendre à de nombreux records et à des températures historiques", a expliqué lundi 24 juin sur franceinfo Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France. Les températures attendues sont de 31°C à Paris, 35°C à Lyon, 37°C à Clermont-Ferrand.

franceinfo : à quoi faut-il s'attendre ?

Etienne Kapikian : On va battre de nombreux records de chaleur. Il faut savoir que c'est une masse d'air qui vient tout droit du Sahara qui est en train de remonter actuellement. La chaleur va s'installer progressivement en début de semaine et va surtout devenir exceptionnelle à partir de mercredi et ce jusqu'à samedi avec probablement des niveaux très rarement vus, non seulement pour un mois de juin, mais aussi en général. Les températures pourraient approcher ou battre des records absolus de chaleur tous mois confondus. On peut s'approcher des niveaux de la canicule d'août 2003, même si l'épisode s'annonce plus court.

Cela va-t-il durer plus d'une semaine ?

Cela dépendra des régions. Sur la moitié nord, on attend un léger rafraîchissement à partir de dimanche avec de l'air un peu plus frais qui rentre par le nord, mais sur la moitié sud cela peut durer un peu plus longtemps, éventuellement jusqu'en début de semaine. Il faut encore affiner les prévisions, ce n'est pas encore bien fixé pour le moment.

Les températures seront-elles plus élevées qu'à l'été 2003 ?

Cela dépendra où, mais c'est possible qu'on batte des records datant de début août 2003. La masse d'air qui remonte depuis le Sahara est vraiment exceptionnellement chaude avec des niveaux quasiment jamais vus. Donc il faut s'attendre à de nombreux records et à des températures historiques.

Est-il fréquent qu'une canicule arrive aussi tôt ?

On a déjà eu des canicules fin juin, c'est quelque chose qui arrive de temps en temps. Il y deux ans autour du solstice, en 2005 entre le 18 et 28 juin, en 2011 c'était fin juin. Ce sont des choses qui existent mais celle-ci s'annonce remarquable, exceptionnelle, jamais vue à cette période de l'année.

Faut-il se fier aux températures ressenties ?

Il faut se méfier de ces notions de températures ressenties. On combine la vraie température mesurée sous un abri avec l'humidité de l'air et cela nous donne un index que l'on appelle humidex qui permet d'estimer un ressenti lié à l'humidité et à la chaleur. Cela peut avoir un sens, il permet de mesurer la pénibilité à cette chaleur. Mais, il ne faut pas confondre les températures avec cet index.