Ventilateurs, brumisateurs, glaces... Les ventes de ces produits ont connu un coup de chaud pendant la canicule

Le chiffre d'affaires généré par les achats de ventilateurs et de climatiseurs a bondi de 533% durant la semaine du 24 au 30 juin par rapport à la même période en 2018.

Des ventilateurs en vente dans un magasin de Mulhouse (Haut-Rhin) en août 2018.
Des ventilateurs en vente dans un magasin de Mulhouse (Haut-Rhin) en août 2018. (MAXPPP)

Brumisateurs, ventilateurs, glaces, soupes froides... Pour tenter de contrer la canicule, les Français se sont rués dans les rayons climatisés des magasins, à en croire une étude du cabinet Nielsen qui a analysé les ventes dans le commerce durant la semaine du 24 au 30 juin. La société de mesure et d'analyse de données a comparé les chiffres d'affaires générés pendant cette semaine à celui de la même période en 2018. Et les résultats sont significatifs.

Six fois plus de ventilateurs vendus

La hausse la plus spectaculaire entre fin juin 2019 et fin juin 2018 est celle des ventilateurs et climatiseurs. Le chiffre d'affaires généré par les ventes de ces articles a augmenté de 533%, c'est-à-dire qu'il a été multiplié par six, selon Nielsen. Parmi le secteur non-alimentaire, d'autres rayons comme les sports et loisirs ou les jouets ont également vu leurs ventes augmenter. A l'inverse, les cosmétiques et le parfum ou encore les vins ont subi un recul.

Cinq fois plus de brumisateurs achetés

Selon Nielsen, les bacs de glaces arrivent en tête du top 10 des catégories alimentaire, avec une progression du chiffre d'affaires de plus de 46%. Les glaces en bâtonnets ou en cônes ont elles augmenté de 33,6%, et les confiseries glacées de 33%. Les produits de beauté adulte ont augmenté dans le même ordre de grandeur, portés par les brumisateurs, dont les ventes ont augmenté de 402% pendant cette semaine de canicule.

Autres produits plébiscités, selon le cabinet : les soupes fraîches (notamment les gaspachos), les légumes préemballés (notamment les betteraves pour les salades composées) ou encore les concentrés d’agrumes. A noter également de fortes variations entre les territoires. Concernant les glaces, par exemple, les achats ont grimpé de 88% dans les Vosges, de 70% dans le Territoire de Belfort ou encore de 68% dans le Haut-Rhin, mais seulement de 8% dans le Morbihan et a même reculé de 3% dans le Finistère, constate Nielsen en rappelant que la Bretagne a été plutôt épargnée par la canicule.

Des ruptures de stock au rayon glaces

Le cabinet Nielsen a noté des ruptures de stocks dans certains rayons. Ainsi, les références de glaces étaient manquantes en rayon dans 18% des cas ; celles de mozzarella dans 14% des cas. Des niveaux plus de deux fois plus élevés que lors d'une semaine normale.