Tour de France et canicule : les spectateurs bravent le soleil

La canicule promet de nouvelles étapes éprouvantes pour les coureurs du Tour de France. Mardi 23 juillet, ils étaient à Nîmes (Gard), sous 37°C.

FRANCE 3

Sur les routes du Gard et leurs 37°C, mardi 23 juillet dans l'après-midi, c'était pour les uns une course rafraîchissante. Pour les autres, sur le bas côté, une perpétuelle recherche d'ombre. Très souvent, la glacière très remplie. Canicule ou non, pas question pour les spectateurs du Tour de France qui l'observent directement depuis les routes, de ne pas voir passer la Grande Boucle : "On y arrive, en prenant des précautions, en prenant de l'eau, les casquettes, les parasols. Tout va bien", affirme une mère de famille.

Des milliers de personnes sur le bord des routes

Malgré la température, ils étaient des milliers, aujourd'hui encore, sur le bord des routes. Certains supportant moins que d'autres la chaleur du jour : "C'est vraiment dur. En plus, on a pas d'air conditionné", explique un touriste pointant du doigt sa voiture. Des spectateurs qui bravent le soleil et des équipes cyclistes qui, dès le matin, prennent leurs précautions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Néerlandais Steven Kruijswijk se rafraîchit lors de la seizième étape du Tour de France, à Nîmes (Gard), le 23 juillet 2019.
Le Néerlandais Steven Kruijswijk se rafraîchit lors de la seizième étape du Tour de France, à Nîmes (Gard), le 23 juillet 2019. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP)